Centrafrique: Touadéra décrète un «cessez-le-feu immédiat» dans la guerre contre les rebelles

·1 min de lecture

En République centrafricaine, le président Faustin-Archange Touadéra vient d’annoncer ce vendredi 15 octobre dans une allocution un « cessez-le-feu unilatéral immédiat » et « la fin des opérations militaires et de toute action armée sur l’ensemble du territoire national ». Un engagement pris par le gouvernement lors de l’adoption de la feuille de route de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs à Luanda, afin de « donner une chance à la paix », selon le chef de l’État.

Avec notre correspondant à Bangui, Carol Valade

« Je viens vous annoncer ce soir la fin des opérations militaires et de toute action armée sur l’ensemble du territoire national, à compter de ce jour, 15 octobre 2021, à minuit. » L’annonce est faite par le président de la République sur les ondes de la radio nationale.

Il s’agit d’un engagement pris par le gouvernement auprès des chefs d’État la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), a rappelé Faustin-Archange Touadéra : « Un engagement qui figure sur la feuille de route pour la paix, issue du dernier sommet de l’organisation sous-régionale. Les principaux leaders de la CPC, à l’exception de Nourredine Adam et Ali DARASSA, respectivement leaders du FPRC et de l’UPC, ont signé l’engagement de cesser toute action armée sur le territoire national. »

À écouter : Faustin-Archange Touadéra, invité de RFI Matin: «J'ai dû faire appel à tous les moyens pour garantir la sécurité des Centrafricains»

« Ce n’est pas une décision facile à prendre, reconnaît-il. Le cessez-le-feu unilatéral immédiat est la démonstration, si besoin en était encore, de ma ferme volonté de privilégier la voie du dialogue et non celle des armes, dans le règlement de la crise qui secoue notre pays. »

Raisons humanitaires

Le chef de l’État précise que sa décision n’empêche ni les forces de sécurité intérieure de maintenir l’ordre, ni l’armée de répondre en cas de légitime défense, ni la Minusca d’exercer son mandat.

Un cessez-le-feu décrété aussi pour des raisons humanitaires, dit le président, pour « donner une chance à la paix ».

À lire aussi : Centrafrique: la sortie musclée du président Faustin-Archange Touadéra

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles