Centrafrique: le président du CICR conclut sa visite

·2 min de lecture

La visite du président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer, en Centrafrique vient de s'achever. Arrivé le lundi 8 février au soir, il a mené de nombreuses rencontres avec les autorités et les partenaires et s’est rendu sur le terrain, à l’hôpital de Kaga-Bandoro. Le vendredi 12 février, il a tenu une conférence de presse avec le président de la Croix-Rouge centrafricaine.

Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

Parmi les objectifs du président du CICR, on compte celui de poursuivre le plaidoyer pour le respect du droit international humanitaire. Sur le terrain, se trouvent les forces armées centrafricaines, la mission des Nations unies mais aussi des forces armées non-conventionnelles ainsi que de multiples groupes armés.

« Il n’y pas de conflits où il n’y a pas d’inquiétude parce que les règles sont souvent peu respectées dans les contextes de combat et donc c’est un travail de longue haleine, non pas seulement de trouver la manière de former les acteurs mais aussi de changer les comportements », souligne Peter Maurer.

Sur le terrain, pas si simple de travailler. Le président de la Croix-Rouge centrafricaine explique que l’intensité du conflit a évolué. Rien à voir avec 2013 où les combats étaient sporadiques et urbains. « La crise, cette fois-ci, ne s’est pas passée comme auparavant, poursuit Antoine Mbao Bogo, président de la Croix-Rouge Centrafricaine. Nous avions facilement accès au théâtre des opérations pour récupérer les blessés, récupérer les corps sans vie et également pour distribuer le matériel de secours à nos brigades. La manière d’opérer est vraiment différente. C’est très intense. À l’époque, c’était des groupes moins aguerris mais cette fois-ci, c’est vraiment difficile ».

Bilans humains limités

Les bilans humains restent très limités. Le CICR déclare s’être occupé d’une trentaine de dépouilles à la suite de la tentative de la prise de Bangui, le 13 janvier. Ce samedi 13 février, les autorités annonçaient la mort d’une dizaine de rebelles de la CPC [Coalition des patriotes pour le changement], au cours des combats, à proximité de Bambari, cette semaine.

Si les forces armées centrafricaines ont rejoint la ville frontalière de Beloko, cette semaine, la circulation des convois reste encore très limitée sur le corridor de ravitaillement qui est bloqué depuis environ deux mois. La Croix-Rouge espère voir un premier de ses convois d’aide humanitaire circuler, en début de semaine.

D’autres thématiques ont été abordées lors de cette conférence de presse, notamment la mise en place d’un partenariat entre le CICR et la Banque mondiale pour des actions plus pérennes sur le terrain. Le CICR prévoit également la construction d’un nouveau centre pour la prise en charge des personnes handicapées.

À lire aussi: Centrafrique: le CICR victime d’attaques appelle au respect du travail des humanitaires