Centrafrique: les plaintes des candidats aux législatives se multiplient

·3 min de lecture

Les résultats de la présidentielle centrafricaine du 27 décembre attendent toujours d’être validés. Le président sortant Faustin-Archange Touadéra est arrivé en tête avec 53,92% des voix. La Cour constitutionnelle a jusqu’au 19 janvier pour valider sa réélection. Concernant les législatives, de nombreux candidats à la députation continuent de venir déposer leur requête auprès de la Cour à Bangui.

Avec notre envoyée spéciale à Bangui, Alexandra Brangeon

Chaque jour, ils sont plus d'une vingtaine de candidats à venir déposer un recours. Écarts de voix, absence de procès-verbaux, bureaux qui n’ont ouvert que quelques heures, intimidation, ou candidats accusés d’être proches des groupes armés... les plaintes sont nombreuses.

À Kembé, 600 km à l’est de Bangui, seul un village sur les deux que compte la circonscription a pu voter déplore un candidat, venu déposer son dossier. « Les rebelles de la Seleka ont empêché les bureaux d’une des localités d’ouvrir », ajoute-t-il. Ce dernier a d’ailleurs dû passer par le Congo voisin pour atteindre Bangui, la route côté centrafricain n’étant pas sûre.

Même chose à Mbaïki, seul 4 000 électeurs ont pu voter sur plus de 10 000 inscrits, en raison de l’intrusion d’hommes armés, explique ce candidat qui vient de déposer sa requête : « Seule la moitié de la circonscription a pu voter, mais avec ce traumatisme et cette peur au ventre. Parce que quand le vote a interrompu deux fois. Quand les gens sont venus voter, il y a eu une alerte disant que les groupes armés allait venir et qu'il fallait courir. »

« Une mascarade »

« Ce scrutin a été une mascarade », s’indigne une candidate de Bambari, aussi venue déposer son dossier. Des hommes armés ont tiré à plusieurs reprises durant la matinée. Seuls 3 bureaux sur 67 ont pu ouvrir, affirme-t-elle, et encore, seulement 2 ou 3 heures.

De son côté, un candidat de Nola, dans le sud-ouest du pays accuse une rivale d'avoir trafiqué les urnes le jour du vote : « Le commissaire et le commandant de la compagnie de gendarmerie de la localité ont mis la main sur des urnes bourrés. C'était au domicile d'une candidate pendant que le vote se déroulait. La candidate était possession de ces urnes, s'exclame-t-il en présentant une photo servant de preuve. Présentement sur la photo, ce sont deux urnes, ici. »

Preuves à l’appui — photo, témoignages, copie de procès-verbaux — les requérants ont jusqu’à la fin de la semaine pour déposer leur recours. Après quoi la Cour Constitutionnelle devra étudier ces nombreuses requêtes, avant de rendre son jugement sur leur validité au plus tard le 28 janvier. Tous les candidats affichent leur confiance en la Cour constitutionnelle.

Dans leur rapport présenté fin décembre, les observateurs internationaux, notamment de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (Ceeac) et l’Union Africaine s’étaient dit satisfaits du déroulement des élections. Plus de 130 recours ont été déposés auprès de la Cour constitutionnelle.

►À lire aussi : Élections en Centrafrique: l’opposition dénonce un recours «massif» au vote par dérogation