Centrafrique: les ONG gravement préoccupées par la situation humanitaire

·2 min de lecture

En RCA, le comité de coordination des organisations non gouvernementales internationales (CCO), qui regroupe plus de 30 entités, se dit gravement préoccupé par la crise humanitaire. Depuis la mi-décembre, des affrontements armés ont de nouveau éclaté dans le pays et perdurent jusqu'à ce jour, souligne le communiqué.

Un Centrafricain sur deux est en situation d'insécurité alimentaire. Les patients, le personnel médical et les infrastructures font régulièrement l'objet d'attaques. L'insécurité perturbe l'accès aux soins, mais aussi l'accès des enfants aux écoles. Le constat fait par les ONG est alarmant.

« On sait qu’en juin 2020, on avait 120 000 personnes en phase d’urgence et en juin 2021, c’est 1 million de personnes qui sont en phase d’urgence, rappelle Mathilde Lambert, la directrice pays d'Action contre la Faim. On sait que la moitié de la population centrafricaine qui a des difficultés pour se nourrir et on a l’impression que potentiellement, cette crise empire, ce qui nous inquiète fortement aujourd’hui. »

Et ce n’est pas tout. Les déplacements sont compliqués, rendus difficiles à cause de la saison des pluies et des infrastructures limitées. Mais aussi des violences sur le terrain. « C’est un conflit d’une nouvelle nature avec des parties prenantes au conflit qui sont très diverses et variées, souligne Manuel Galea, le président du Comité de coordination des ONG. C’est un conflit politique. En tant qu’ONG, nous sommes neutres et indépendants, apolitiques, mais force est de constater que l’accès pour les travailleurs humanitaires est devenu beaucoup plus complexe aujourd’hui qu’il y a quelques mois. C’est à nouveau une problématique quotidienne que de négocier l’accès avec l’ensemble des belligérants. »

Certaines structures scolaires sont également fermées ou occupées... Si les blessés et morts liés au conflit son majoritairement des hommes, le CCO souligne que les violences sexuelles rapportées sont en forte augmentation dans le pays.

Les incidents contre les humanitaires en hausse

Le CCO souligne aussi que le nombre d'incidents ayant touché les humanitaires entre janvier et juin a augmenté de près de 40% par rapport à la même période de l'année dernière. Selon le décompte d'OCHA, deux humanitaires ont été tués, 19 blessés et 297 incidents ont été recensés. Une insécurité qui pose des problèmes de déplacement des humanitaires et d'accès aux populations sur le terrain.

En plus de ce contexte difficile, le plan de réponse n'est à ce jour financé qu'à hauteur de la moitié des besoins évalués. Les ONG appellent donc à la mobilisation des autorités centrafricaines et des donateurs afin d'assurer la réponse humanitaire et la protection des civils.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles