Centrafrique: la montée des discours violents inquiète

De nombreux acteurs s'inquiètent de la teneur de plus en plus outrageuse des propos tenus par des plateformes proches d'acteurs politiques. Les menaces et invectives augmentent vis-à-vis de membres de l'opposition, de militants des droits humains, de journalistes, de fonctionnaires ou encore des partenaires du pays.

Depuis plusieurs semaines, certaines plateformes dites « patriotes » prennent régulièrement à partie les opposants au président Touadéra, accusés d'être des « entrepreneurs de désordre et d'instabilité ». Elles demandent à la justice de les « traquer » - une plainte a même été déposée - et avertissent qu'elles s'en prendront à toute manifestation critique des autorités.

Elles y ajoutent des mots d'ordre anti-français. La Plateforme de la galaxie nationale centrafricaine a menacé à plusieurs reprises de « traitements inhumains » les militaires français qui sortiraient de leur base de l'aéroport de Mpoko. Elle appelle ce vendredi à des « visites éclaires » dans les stations Total de Bangui, afin de dissuader les automobilistes d'y faire le plein.

Cette ambiance a poussé le médiateur de la République à prôner le dialogue et la ligue centrafricaine des droits de l'homme à s'inquiéter de « propos graves tenus en dehors des instances institutionnelles », qui font craindre une « sortie de la démocratie ».


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles