La Centrafrique met fin au décanat, privilège diplomatique accordé à la France

AFP - LUDOVIC MARIN

La ministre centrafricaine des Affaires étrangères vient d’écrire à son homologue française une lettre dans laquelle elle lui annonce que son pays met fin au décanat accordé au Haut représentant de la France auprès du chef de l’État centrafricain. Un statut qui a toujours fait de l’ambassadeur de France en RCA le doyen du corps diplomatique accrédité à Bangui en vertu d’un accord de coopération entre les deux pays.

C'est un nouveau signe que les relations entre Bangui et Paris se sont fortement dégradés. Une lettre de la ministre centrafricaine des Affaires étrangères, Sylvie Baïpo-Témon, à sa collègue française, Catherine Colonna a fuité mardi 8 novembre.

Il a fallu que la diplomatie centrafricaine s’y prenne à deux fois avant d’envoyer la bonne correspondance à la ministre française des Affaires étrangères. Une première version, bourrée de fautes et qui avait fuité sur les réseaux sociaux, a été annulée et remplacée par un nouveau document qui est arrivé à destination ce mardi 8 novembre, selon une source centrafricaine.

« La personnalité de l’ambassadeur en cause »

Dans le document, elle s’en prend à l’actuel ambassadeur de France dans des termes particulièrement violents. Le style n’a rien de diplomatique. Elle accuse dans sa lettre l’ambassadeur de France d’avoir « des attitudes irrespectueuses aux invitations du chef de l’État », ou encore de s’adonner à « la désinformation et à la délation ». La France est accusée de ne pas avoir appliqué « la réciprocité » de rigueur en matière diplomatique. La même source centrafricaine enfonce le clou : « Ce n’est pas une escalade dans les relations avec la France, mais c’est la personnalité même de l’ambassadeur qui est en cause ».


Lire la suite sur RFI