Centrafrique: l'ANE fait le point sur la mise en place du processus électoral

·1 min de lecture

Lors d’une conférence de presse ce samedi 31 octobre, l’Autorité nationale des élections a assuré que la mise en place du processus électoral avançait bien. A cette occasion l’ANE a fait un tour d’horizon de la situation et fait le bilan de l’enrôlement des électeurs.

Ils seront plus d’1,8 million de Centrafricains à aller voter, à peine 100 000 de moins qu’en 2015. 46,5% des inscrits sont des femmes. 17 000 doublons ont été détectés et traités, détaille l’ANE. Le processus d’enrôlement des électeurs a été questionné par certains. Le rapporteur général est revenu sur ces contentieux et a affirmé que l’Autorité nationale des élections a répondu à une cinquantaine de recours.

L’ANE reconnaît faire face dans ses activités à des défis importants sur le plan sécuritaire et logistique notamment. L’épidémie de Covid-19 a encore compliqué la tâche de l’organisation, et a fait grimper certains coûts par trois, voire par quatre.

Les électeurs sont donc convoqués à aller voter le 27 décembre prochain dans 144 circonscriptions selon les décrets publiés ce mardi. Les candidats à la présidentielle et aux législatives sont eux appelés à déposer leurs dossiers complets entre le 1er et le 10 novembre.

Lors de sa conférence de presse, l’ANE est également revenue sur une polémique concernant un serveur informatique financé par la France. L’institution a démenti les rumeurs affirmant que la France installerait un serveur qui lui permettrait d’avoir la main sur les données électorales.