Centrafrique: l’ONU s’inquiète de la crise autour de la Cour constitutionnelle

© Gaël Grilhot/RFI

L'ONU a fait part de son inquiétude, dans un communiqué publié vendredi 4 novembre, au sujet de la crise que traverse la Cour constitutionnelle centrafricaine après l'éviction, le 24 octobre, de sa présidente Danièle Darlan par décret présidentiel. En toile de fond, la préparation d’un référendum constitutionnel, réclamé par le parti au pouvoir mais décrié par l’opposition, qui y voit un moyen pour le président Touadéra de briguer un troisième mandat, cristallise les tensions.

L'« indépendance du pouvoir judiciaire » est « vitale pour la stabilité » du pays, déclare l’expert indépendant sur les droits de l’Homme pour la Centrafrique, Yeo Agbetse, qui ajoute que la Cour constitutionnelle est « un pilier pour l’État de droit », qu’elle ne doit pas « subir d’interférences » et que « la mise à la retraite des fonctionnaires, selon la législation nationale, ne doit pas servir ou être utilisée à des fins politiques ».

C’est en effet sur l’âge de Danièle Darlan que repose le décret qui a mis fin à ses fonctions de présidente de la Cour constitutionnelle. Le vice-président, Jean-Pierre Ouaboué, occupe donc provisoirement la tête de l’institution, le temps de désigner une remplaçante à Danièle Darlan.

► À lire aussi : Centrafrique: après son éviction de la Cour constitutionnelle, Danièle Darlan sort du silence


Lire la suite sur RFI