Centrafrique: l’appel à l’aide d’exportateurs de charbon de bois et bois de chauffe, activité désormais interdite

En République centrafricaine (RCA), l’exportation du charbon de bois et des bois de chauffe est interdite depuis la signature d’un arrêté ministériel le 17 mai 2024, pour lutter notamment contre la déforestation et ses conséquences environnementales. Une décision qui n’est toutefois pas sans conséquences pour les Centrafricains vivant de cette activité. Explications.

Avec notre correspondant à Bangui, Rolf Steve Domia-leu

En Centrafrique, l’exportation du charbon de bois et des bois de chauffe est désormais interdite. Cette décision du gouvernement fait suite aux multiples plaintes des acteurs de la société civile réunis au sein de la plateforme de Gestion durable des ressources naturelles et de l'environnement (GDRNE). Ces acteurs de la société civile militent depuis de nombreuses années contre la déforestation et les effets du changement climatique.

« J'ai perdu l'unique boulot qui me permettait de nourrir ma famille »

Mais, suite à cette décision, de nombreux producteurs de charbon se retrouvent au chômage, comme Serge Biko, 42 ans, père d’une grande famille dans le village de Pani, à 30 kilomètres au nord de Bangui. Depuis cinq ans, Serge Biko fabrique le charbon de bois pour subvenir aux besoins de sa famille. « Je suis complètement démuni parce que j'ai perdu l'unique boulot qui me permettait de nourrir ma famille, déplore-t-il. Le charbon que j'exportais constituait le socle de mon économie. Maintenant, le gouvernement doit voler à notre secours ».

« Ils peuvent continuer à le faire pour subvenir à nos besoins locaux »


Lire la suite sur RFI