Centrafrique: le groupe de spécialistes internationaux du bitcoin présente son rapport

Le groupe de spécialistes internationaux du bitcoin, qui s'est rendu fin mai en Centrafrique, a envoyé une note d'analyse au président centrafricain Faustin-Archange Touadéra. Les experts évoquent les importants chantiers à mener pour rendre applicable la loi sur les cryptomonnaies votée fin avril.

Parmi les éléments favorables, selon ce rapport : le cadre légal, le recours régulier au paiement mobile et la faible bancarisation de la population, de l'ordre de 5%. Pour les spécialistes, ce contexte offre un bon terreau pour utiliser une monnaie virtuelle.

Mais plusieurs éléments défavorables sont à noter : le manque d'accès à l'électricité, à internet et la question de l'éducation au sujet bitcoin. Les auteurs du rapport proposent de mettre en place une « ambassade » ou une « maison du bitcoin », chargée de dispenser des formations. Ils insistent sur des programmes de sensibilisation dans les administrations, les entreprises, ou encore les universités.

Autre frein selon eux : la nécessité de présenter une pièce d'identité pour obtenir une carte SIM limite les souscriptions individuelles, donc l'accès au paiement mobile, et, à terme, aux cryptomonnaies. Ces spécialistes insistent sur le fait qu'ils ne sont « pas impliqués » dans le projet Sango porté par le président Touadéra. « Nous n'avons pas suffisamment de détails et son issue n'est pas prise en compte dans notre analyse » précisent-ils.

► À relire : La Centrafrique adopte une loi sur les cryptomonnaies

Une loi sur les cryptomonnaies qui inquiète


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles