Centrafrique: Faustin Archange Touadéra réaffirme sa détermination à tenir le scrutin du 27 décembre

·2 min de lecture

Alors qu’au petit matin, hier, samedi 19 décembre, le porte-parole du gouvernement centrafricain a accusé l'ancien chef de l'État, François Bozizé, d’être à la tête d’une coalition d’hommes armés décidés à marcher sur Bangui pour y tenter un coup d’État, Faustin Archange Touadéra a tenu dans l’après-midi un meeting dans le plus grand stade de Bangui. Malgré la crise en cours, il a réaffirmé sa détermination à tenir le scrutin le 27 décembre prochain.

Avec notre envoyée spéciale à Bangui, Florence Morice

À aucun moment dans son discours, Faustin Archange Touadéra n’a cité le nom de François Bozizé, mais l’ombre du bras de fer politique et sécuritaire qui se joue dans le pays a plané sur tout son propos : « Certains vous manipulent en vous disant de prendre les armes. De tuer les gens, de piller les biens publics et privés, de tout détruire pour faire reculer le pays. Qu’ils le veuillent ou qu’il ne le veuillent pas, le 27 nous irons aux élections. Nous ne voulons que la paix. »

« N’ayez pas peur »

Un président qui veut donc montrer qu’il maintient son cap et cherche à rassurer dans la tempête alors que certains à Bangui redoutent une répétition du scénario de 2013 : « N’ayez pas peur. Les militaires de votre pays sont pleinement mobilisés. A côté de la Minusca, de la Fédération de Russie et bien d’autres pays qui nous appuient comme par exemple le Rwanda. »

Quelques foulées présidentielles

Souriant, à son arrivée dans un stade loin d’être rempli, le président candidat s’est même livré à quelques foulées sur la piste d’athlétisme devant les caméras.

À lire aussi : Centrafrique: de quoi la coalition de groupes armés est-elle le nom?