Centrafrique: le discours du président Touadéra a crispé le climat politique

© Carol Valade/RFI

En Centrafrique, la semaine écoulée a fait remonter certaines tensions, entre les explosions d’origine toujours incertaines à Bossangoa dans la nuit du dimanche 27 au lundi 28 novembre et le discours du chef de l’État mercredi soir.

Les points de tension se sont enchaînés ces derniers jours en Centrafrique. Le week-end dernier, le camp militaire de Bossangoa a été touché par des explosions qui n'ont pas fait de victime. Et mercredi 30 novembre, le président centrafricain s'est adressé au pays à la veille de la fête nationale, faisant notamment le point sur la situation sécuritaire.

Faustin-Archange Touadéra a accusé les opposants d’en appeler aux « terroristes » pour déstabiliser le pays. Le Bloc républicain pour la défense de la Constitution (BRDC), qui rassemble les principaux acteurs opposés à une réforme de la loi fondamentale (de même que le Conseil de Résistance pour la Transition, organe formé récemment par des personnalités en exil), était comparé à une « association de malfaiteurs qui crée la psychose dans l’opinion », et en « appelle aux organisations terroristes aux fins de mettre le pays à feu et à sang ».

► A lire aussi : Centrafrique: l’ONU s’inquiète de la crise autour de la Cour constitutionnelle


Lire la suite sur RFI