Centrafrique: de plus en plus d’enfants à la rue à Bangui, un problème d’ampleur

Le phénomène des enfants de la rue reste un véritable casse-tête en Centrafrique. Dans ce pays d'Afrique centrale, on estime que quelque 6 000 enfants sont livrés à eux-mêmes dans les rues, dont la moitié à Bangui. Forcés à se débrouiller par eux-mêmes pour de nombreuses raisons, ils sont régulièrement accusés de tous les maux : drogues, vols divers, vandalisme contre des biens privés. RFI les a rencontrés.

Avec notre correspondant à Bangui, Rolf-Steve Domia-leu.

Au centre-ville de Bangui, les enfants de la rue sont visibles partout. En groupes de 5 à 12 personnes, ils passent des journées entières dans les marchés, dans les bars et autres lieux publics. Beaucoup viennent de familles en grande difficulté, mais l'histoire qui les a conduits à la rue est propre à chacun.

« J’ai été rejeté par mon tuteur après le décès de mes parents. Il n'y avait personne pour s'occuper de moi, raconte Angelo, 14 ans dont 4 dans la rue. J'ai décidé de sortir dans la rue comme un garçon pour me battre. »

L’âge de ces enfants varie de 8 à 15 ans. Ils pratiquent de petits métiers pour joindre les deux bouts, explique Lionel : « Dans les rues on mendie pour vivre. On travaille par section et chacun s’adonne aux petits boulots de la rue pour joindre les deux bouts. Si le monde nous tourne le dos, nos regards sont tournés vers Dieu. »

Mais ils font face à plusieurs dangers, selon Patrick : « Nous sommes de plus en plus nombreux, Nous sommes exposés à tout type de maladies à l'exemple du paludisme. Quand il pleut la nuit, c'est impossible de dormir. L'endroit est inondé, on doit rester debout dans l'eau jusqu'au matin. On a trop de problèmes. On vit comme des animaux. »


Lire la suite sur RFI