Centrafrique: détenu depuis 16 mois, Rémy Quignolot débute une grève de la soif en plus de la faim

Alors que Rémy Quignolot observait déjà une grève de la faim depuis le 11 septembre pour manifester contre sa détention en Centrafrique, le Français a cessé jeudi 22 septembre de s’hydrater, désormais aussi en grève de la soif. Arrêté en mai 2021 à Bangui, il est accusé « d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État », de « complot » et « espionnage », dans un contexte de tensions entre Paris et Bangui. La France se dit « très préoccupée » et demande sa libération immédiate.

Selon son avocate, Arlette Sombo Dibelé, Rémy Quignolot est maintenu en détention provisoire au-delà du délai légal d'un an. Son avocate dénonce une « détention provisoire » qui s'apparente à une « séquestration », assurant qu'aucune ordonnance motivée de maintien en détention n'a été notifiée.

Le Quai d'Orsay se dit « très préoccupé » par sa situation : « La France est très préoccupée par la situation de notre compatriote M. Juan-Rémy Quignolot, emprisonné en Centrafrique dans le cadre d'une détention provisoire qui dure depuis plus de 16 mois, en violation du droit pénal centrafricain », a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Paris appelle à sa « libération immédiate (...) dans l'attente de la tenue de son procès ».


Lire la suite sur RFI