En Centrafrique, célébration de l'accord de paix dans un pays «en guerre»

·5 min de lecture

Ce samedi 6 février était célébré, au palais présidentiel, le deuxième anniversaire de l'Accord pour la paix et la réconciliation (APPR), du 6 février 2019, alors que le pays est plongé depuis la mi-décembre dans un nouveau cycle de violences.

Le contraste est saisissant. Il y a un an, était célébré en grande pompe, au Palais de la Renaissance, le premier anniversaire de l'Accord de paix du 6 février 2019. Dans la salle e projection se retrouvaient autorités et diplomates, organisations de la société civile et, bien sûr, les représentants et leaders des quatorze groupes armés signataires. La presse nationale et internationale photographiait, parfois médusée, les visages de ces chefs de guerre qui se congratulaient. Ali Darass, Sidiki Abass, Al Kathim, Maxime Mokom… tous ou presque étaient présents, écoutant les discours pourtant sévères des associations de victimes et des religieux.

Un an plus tard

Douze mois plus tard, la salle est beaucoup plus clairsemée. Relégués dans les derniers rangs de la salle, les représentants des quelques groupes armés, toujours parties prenantes de l'accord, n'ont pas pris la parole. Seul le président Touadéra s'est d'ailleurs prêté à l'exercice justifiant, dans un discours d'une vingtaine de minutes, la mise en place de cet APPR et la nécessité de le poursuivre, malgré la nouvelle crise.

« Cet Accord avait pour objectif de créer les conditions d’un dialogue franc, sincère et pacifique pour un retour définitif de la sécurité, de la paix et la réconciliation dans notre pays », a-t-il rappelé « mais », regrette-t-il « au lieu de célébrer le dividende de la paix, nous célébrons son deuxième anniversaire dans un contexte de guerre déclarée au peuple centrafricain ».

De fait, depuis la mi-décembre 2020, une nouvelle alliance de six groupes armés - tous signataires de l'APP - s'est formée, menaçant de descendre sur Bangui et s'attaquant frontalement aux forces centrafricaines et à leurs alliés. La Coalition des patriotes pour le changement (CPC) a fortement perturbé le processus électoral de la fin de l'année 2020 et même mené une attaque directe sur Bangui, le 13 janvier dernier.

« L’Accord de paix ne peut pas être déclaré caduc »

De nouveau « en guerre » contre « les forces du mal », selon les propres mots du président Touadéra, le pays doit pourtant, selon lui, continuer à mettre en œuvre l'accord de paix.

« Déclarer l’Accord de paix caduc reviendrait à donner raison à ceux qui ont pris des armes pour (...) instaurer un régime de terreur au cœur de l’Afrique », justifie le président qui prend à témoin « les progrès significatifs observés » enregistrés depuis la signature de l'Accord. Il demande au Premier ministre de reprendre les réunions de suivi de ce même accord, bien qu'il qu’il reconnaisse des ajustements nécessaires dans sa mise en oeuvre.

Depuis deux ans et jusqu'au début de la nouvelle crise, la Centrafrique a connu, il est vrai, une période relative de stabilité qui a permis un retour timide de l'Etat dans l'arrière-pays et une certaine redynamisation économique. La remise en cause de ce document serait, pour le président Touadéra mais aussi pour de nombreux partenaires internationaux, un retour en arrière dont la Centrafrique pourrait ne pas se remettre.

« Si vous regardez l'Accord de paix, il y a tout, dedans. C'est une vision pour la paix dans le pays », résume Samuela Isopi, ambassadrice de l'Union européenne, avant d’ajouter que « l'Accord n'a pas été appliqué comme il le fallait mais ce n'est pas en changeant d'accord que l'on va changer les choses ».

Surtout, précise de son côté, Bertino Matondo, représentant de l'Union africaine en Centrafrique, « qu’il s'agit du huitième accord de paix signé », avant de souligner en creux « qu'en renégocier un nouveau serait considéré par beaucoup comme une perte de temps ».

Analyse de chaque point de l’Accord

Samuela Isopi plaide ainsi pour une analyse en profondeur de la mise en œuvre de l'APPR et de ses failles.

« Il y a notamment le régime des sanctions qui n'a pas été appliqué », précise-t-elle, avant d'insister sur la nécessité d'un programme de désarmement et de réinsertion « crédible » ou encore du jugement effectif des auteurs des crimes commis. Unités mixtes de sécurité, Commission vérité, justice, réconciliation et réparation, démobilisation des groupes armés… chaque point doit être analysé.

Au-delà du contenu, l'ambassadrice de l'Union européenne demande également une plus grande inclusivité dans la mise en œuvre de l'accord, à commencer par une plus grande participation de la société civile: « Nous sommes convaincus que si on implique plus les Centrafricains dans cet accord, ça va marcher », a-t-elle déclaré.

« L'Accord de paix est un cadre qui peut être utile pour l'avenir du pays mais qu'il convient de revitaliser avec de nouveaux acteurs. Cet accord a beaucoup été critiqué mais il n'y a rien d'autre pour le moment. Ce deuxième anniversaire ne doit pas être une commémoration, mais un moment de réflexion pour rassembler le maximum des forces vives de la nation », renchérit Jean-Marc Grosgurin, ambassadeur de France.

Rassembler

Rassembler mais jusqu'où ? Les principaux concernés, à savoir les groupes armés qui se sont engagés dans une nouvelle aventure militaire pourront-ils rejoindre l'Accord ?

Pour le moment, le sujet des négociations est délicat mais le Premier ministre Ngrebada a néanmoins laissé une porte entrouverte, lors d'une conférence de presse qui s'est déroulée à l'issue de la cérémonie.

« S'il arrive que certains combattants de ces groupes prennent l'initiative de revenir dans l'accord, alors à ce moment, nous examinerons leur demande », a-t-il indiqué, mais en précisant que « seuls les vrais Centrafricains » pourront être concernés, pointant du doigt les « mercenaires étrangers » qui, eux, « doivent rentrer chez eux ».