Centrafrique: affrontements meurtriers entre miliciens à Bria

En République centrafricaine, des combats entre plusieurs groupes armés ont eu lieu samedi soir et dimanche 26 janvier dans la ville de Bria dans l’est du pays. Le bilan humain n’est pas encore clair : il y aurait plusieurs blessés et au moins un mort. À l'origine de ces combats visiblement des tensions ethniques au sein d’un même groupe de l’ex-Seleka (FPRC).

Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

Les violences se sont déclenchées samedi 25 janvier après un différend apparu entre deux membres d’un groupe armé de l’ex-Seleka. La situation s’est envenimée et a finalement engagé les membres Rounga contre les Kara alliés aux Goula. Les combats ont été intenses dimanche matin et ont cessé vers midi.

Sur place, le préfet déplore un grand nombre de déplacés vers le quartier peul de Gobolo tenu par un autre groupe armé. Ces déplacés sont évalués à environ 5 000 par le préfet. La force des Nations unies est sur le terrain, a affirmé la Minusca, des patrouilles mixtes avec les forces armées centrafricaines déployées à Bria en septembre sont effectuées.

Ces combats semblent être le résultat des « effets collatéraux des tensions de Birao », analyse le préfet. Des combats violents avaient éclatés en septembre dans cette ville de l’extrême nord-est du pays engageant les mêmes communautés.

Depuis plusieurs semaines, les acteurs sur le terrain craignaient une propagation de ce conflit à la ville de Bria. Ces nouveaux combats interviennent alors qu’il y a bientôt un an un accord de paix était signé à Bangui.