La Centrafrique adopte une loi sur les cryptomonnaies

·1 min de lecture

Le texte, qui était défendu par le ministre de l'Économie numérique, a été voté par acclamation. Plusieurs personnalités de l'opposition n'ont pas pris part au vote. La Centrafrique devient ainsi le premier pays de la région à officiellement autoriser l'utilisation de la monnaie digitale.

Cette loi a pour objectif au delà de la création d'un cadre légal à la cryptomonnaie, la mise en place d'un environnement favorable du secteur financier, a défendu devant les députés le ministre de l'Économie numérique. L'envoi et la réception d'argent avec la République centrafricaine deviennent « très difficiles », a argumenté le ministre Gourna Zacko, soulignant également le cadre contraignant de la Banque centrale. La monnaie numérique comporte de nombreux avantages, a-t-il encore mis en avant, euros, dollars ou franc CFA, les transactions peuvent ainsi être faites avec des devises différentes.

« Fortes réserves »

Dans un courrier, les députés d'opposition Dologuélé, Ziguélé et Ngakola, membres de la commission ayant étudié le projet de loi se sont désolidarisés du rapport final. Ils ont exprimé de « fortes réserves ». Ils mettent en avant une opération qui favorisera, selon eux, « le blanchiment de l'argent sale, fera le lit de la fraude fiscale et de l'escroquerie ». Ils s'inquiètent également de l'impact d'une telle mesure sur les bailleurs. Un tel projet « ne peut susciter que de la suspicion » et risque de compromettre « les décaissements des grandes institutions », alertent-ils.

Sollicitées, les autorités centrafricaines n'ont pas souhaité donner plus de précisions.

À lire aussi : Les cryptomonnaies en dix questions clés

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles