Centrafrique: trois membres d'un groupe armé condamnés pour «crimes contre l'humanité» par la CPS

© RFI/Carol Valade

À Bangui, en République centrafricaine, la Cour pénale spéciale (CPS), a rendu ce lundi son premier verdict. Cette juridiction, opérationnelle depuis 2018 et habilitée à juger des crimes commis depuis 2003, a donc condamné trois membres du groupe armé 3R qui étaient accusés du massacre en 2019 de 46 civils dans des villages du nord-ouest du pays.

C'est dans leurs tenues orange de détenus qu'Issa Sallet Adoum, Ousman Yaouba et Tahir Mahamat se sont présentés devant la cour. Reconnus coupables de « meurtres », « d'actes inhumains » et de « traitements humiliants et dégradants », ils ont été condamnés à la prison à perpétuité pour le premier, les deux autres accusés à des peines de vingt ans de prison.

Issa Sallet Adoum, a également été condamné en sa « qualité de chef militaire » pour des « viols commis par ses subordonnés ».

Les trois hommes, combattants du groupe 3R (Retour, réclamation et réhabilitation) étaient jugés pour des attaques menées le 21 mai 2019 dans les villages de Koundjili et Lemouna dans le nord-ouest de la République centrafricaine.

Ce jour-là, au moins 46 civils ont été ligotés, maltraités puis exécutés et leurs villages pillés. Des attaques perpétrées trois mois après la signature d'un accord de paix par 14 groupes armés, dont le groupe 3R.

« Un triomphe de la justice »


Lire la suite sur RFI