Centenaire du 11-Novembre : faut-il honorer la mémoire des maréchaux de la Grande Guerre ?

The Conversation
Emmanuel Macron s'est efforcé jeudi de désamorcer la polémique née de ses déclarations sur Pétain, expliquant qu'il n'avait jamais voulu lui rendre d'hommage individuel, mais l'inclure dans les cérémonies honorant collectivement les combattants.

Faut-il honorer la mémoire des maréchaux de la Grande Guerre ? La charge symbolique de la célébration du centenaire de l’armistice fait resurgir des controverses qui opposent la gloire des chefs au sacrifice des soldats anonymes. En réalité, le problème soulevé par la programmation des cérémonies du 11-Novembre tient moins à l’opposition entre les maréchaux et les citoyens appelés aux armes qu’à la nature même du maréchalat. C’est pour le comprendre que la Revue historique des armées a consacré son dernier numéro à la longue histoire des maréchaux.

Un héritage du Moyen Age

Héritée du Moyen Age, l’institution du maréchalat s’est développée sous la monarchie absolue pour des raisons politiques. Sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV, la promotion de maréchaux huguenots, à l’image de Turenne, marqua l’intention de donner aux protestants du royaume et des puissances alliées de la France des gages de la volonté royale de faire de l’armée l’instrument de la raison d’État.

Comme l’illustre cette séquence, un maréchal est un soldat distingué pour ses vertus militaires par un pouvoir souverain guidé par des motivations politiques. Depuis son appropriation par la monarchie absolue, jusqu’à son (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi