Des centaines de Rohingyas à la dérive entre le Bangladesh et la Malaisie

Repoussés par les gardes-côtes de la Malaisie, deux bateaux de Rohingyas espéraient trouver refuge au Bangladesh. Mais le pays a décidé de ne pas les laisser entrer, provoquant la colère des responsables humanitaires.

D’après Amnesty International, environ 500 Rohingyas, hommes, femmes et enfants se trouveraient à bord des deux bateaux à la dérive dans le golfe du Bengale. En mer depuis plusieurs semaines, ils commencent à manquer d’eau et de nourriture, a expliqué un responsable de cette minorité musulmane persécutée en Birmanie. Leur odyssée risque de perdurer. Le Bangladesh, qui avait accueilli il y a une semaine presque 400 Rohingyas épuisés et émaciés après deux mois passés en mer, a décidé de fermer ses portes. Ce qui a provoqué l’indignation des Nations unies.

La Haut-Commissaire aux droits de l'Homme Michelle Bachelet a exhorté le Bangladesh à laisser entrer les réfugiés, évoquant une « tragédie humaine aux proportions terribles ».  « Les plus de 500 hommes, femmes et enfants qui se trouveraient à bord (...) ont en urgence besoin de nourriture, de soins médicaux et de toute l'assistance humanitaire nécessaire », a écrit Michelle Bachelet dans une lettre dont l'AFP a obtenu copie. « Je vous lance un appel dans les termes les plus forts pour ouvrir vos ports et permettre aux bateaux de débarquer ».

Mais le pays, qui abrite déjà près d’un million de Rohingyas vivant dans une grande détresse, reste ferme. Selon un responsable de la communauté, les trafiquants qui conduisent les chalutiers tentent à présent de gagner une nouvelle fois la Malaisie. Une question financière, car ils ne toucheront l’argent que s’ils emmènent les réfugiés en Malaisie, ce pays à majorité musulmane où se trouve déjà une importante diaspora rohingya.