Des centaines de manifestants à Genève dénoncent le rôle de l'OMC dans l'agriculture

Les ministres du Commerce des pays membres de l'Organisation mondiale du commerce se réunissent à partir de ce dimanche 12 juin et jusqu'au 15 juin en présentiel à Genève. Une première en quatre ans. La rivalité sino-américaine, la pandémie du coronavirus, la guerre en Ukraine ont chamboulé l'ordre mondial entretemps. Dans ce contexte difficile, l'organisation devra tout simplement prouver sa raison d'être. À la veille de cette réunion, près de 500 personnes ont manifesté à Genève en faveur de la souveraineté alimentaire.

Quelles centaines de manifestants ont défilé samedi à Genève à l’initiative de plusieurs associations paysannes pour dénoncer l’impact qu’ont selon eux des accords commerciaux de l’OMC sur les petits producteurs agricoles, et leur lien avec les difficultés actuelles d’approvisionnement de produits alimentaires, conséquence du conflit ukrainien.

« Aujourd’hui, l’OMC est uniquement un endroit pour faire du commerce, faire des parts de marché et arriver à tirer les prix de l’alimentation par le haut, la rendant inaccessible à beaucoup de monde », a déclaré Nicolas Girod, porte-parole du syndicat agricole français Confédération Paysanne, à l’AFP.

« Pas de paysans, pas de bouffe », ont scandé les manifestants, dont certains portaient des pancartes avec le slogan « Y’a des patates qui se perdent ».

« L’alternative, c’est de développer une réelle souveraineté alimentaire » au niveau local, « à l’écoute des demandes des populations », a poursuivi le porte-parole, qui a ajouté qu’il « n’attend(ait) pas grand-chose » de la conférence ministérielle de l’OMC, qui doit se tenir jusqu’à mercredi.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles