Une centaine d’élus se prononcent pour le droit de vote à 16 ans aux municipales

Source AFP
·1 min de lecture
« À 16 ans, en France, on devient responsable pénalement », soulignent les signataires. (Illustration)
« À 16 ans, en France, on devient responsable pénalement », soulignent les signataires. (Illustration)

Ils veulent « faire évoluer nos villes ». Une centaine d'élus, parmi lesquels le chef de file des députés MoDem Patrick Mignola et l'ex-député LREM Cédric Villani, appellent à accorder le droit de vote à 16 ans aux municipales, dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche. « Ouvrir le vote à 16 ans aux élections municipales sous la forme d'une prémajorité, ce serait le premier moyen de faire évoluer nos villes », écrivent les signataires, auxquels se sont joints « 103 jeunes de la société civile ».

« À 16 ans, les jeunes Français acquièrent déjà un bon nombre de droits civiques. Ils peuvent travailler, consentir à l'impôt, souscrire à la Sécurité sociale, conduire accompagné d'un adulte, renoncer à leur nationalité, s'émanciper du foyer, ou encore créer une association », rappellent-ils. « Plus important encore, à 16 ans en France, on devient responsable pénalement », ajoutent-ils, un an après les dernières municipales qui avaient battu un record d'abstention.

Parmi les autres signataires figurent également Hugo Biolley, élu l'an dernier à Vinzieux (Ardèche) alors qu'il avait 18 ans, devenant ainsi le plus jeune maire de France, Maxime Thory, maire de Montmorency (Val-d'Oise), ou encore l'ancienne secrétaire d'État (PS) à l'Aide aux victimes, Juliette Méadel.