Cent ans d'Irlande du Nord : "La peur de revenir à un conflit long et encore récent"

·1 min de lecture

Historienne et enseignante à l’université Queen’s de Belfast, Margaret O’Callaghan fait partie du comité d’historiens chargé de conseiller le gouvernement sur le déroulement du centenaire de l'Irlande du Nord.

Marianne : Pourquoi le centenaire de l’Irlande du Nord est-il controversé ?Margaret O’Callaghan : Cette date marque à la fois les cent ans de l’Irlande du Nord et le centenaire de la partition de l’île d’Irlande, imposée par le Royaume-Uni. Il y a d’un côté les unionistes, loyaux au pouvoir britannique en Irlande, qui voudraient célébrer ce qu’ils ont obtenu, et de l’autre les nationalistes pour qui l’Irlande était une seule et même nation et n’aurait jamais dû être séparée. Cette question touche les nerfs les plus à vif de cette société où la partition a renforcé les stéréotypes et entériné les divisions historiques. Les gens ont peur de revenir à un conflit, long et encore récent.Comment et pourquoi l’Irlande a-t-elle été divisée ?L’Irlande a par le passé été essentielle aux intérêts du Royaume-Uni, mais la présence britannique sur l’île a toujours été contestée. Le désir d’indépendance s’est démocratisé à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Malgré des essais de gouvernance autonome, les révolutionnaires irlandais ont déclenché une guerre contre le Royaume-Uni après la Première Guerre mondiale. Le gouvernement britannique a voulu reconnaître une division " déjà existante " selon lui, avec la partition. Une frontière a été dessinée autour d’un...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Irlande du Nord, cent ans après : à Derry, symbole de la division, un bien amer anniversaire

Plus de 90% des journalistes de "20 Minutes" en grève, opposés aux suppressions de postes

Quatre cents ans après sa naissance, Jean de La Fontaine toujours aussi moderne

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex