Censure sur Twitter : "Ce qui se joue, c'est la colonisation américaine par les GAFAM"

·1 min de lecture

Le réseau social Twitter a suspendu le compte de Vox, parti espagnol d'extrême droite, parce qu'il appelait à " arrêter l'islamisation ", quelques semaines après la censure de Trump. Jusqu'où ira le réseau social ? Éléments de réponses avec Fabrice Epelboin, spécialiste des réseaux sociaux.

Les jours passent et se ressemblent. Moins d'un mois après la suspension du compte de Donald Trump, Twitter a suspendu celui de Vox, parti d'extrême droite espagnol, le jeudi 28 janvier 2021. Son tort ? Le lancement d'un hashtag, c’est-à-dire d'un mot d'ordre " StopIslamizacion " (comprendre " stoppez l'islamisation ") qui, à force d'être relayé par des utilisateurs du réseau social, a fini parmi les mots-clés les plus utilisés ce jour-là.L'emballement est parti d'un message posté le 27 janvier dans lequel le parti explique que les immigrés " représentent environ 0,2% [de la population ; N.D.L.R.] et sont concernés par 93% des plaintes. La plupart sont originaires du Maghreb ". Un tweet qui s'inscrit dans la campagne de Vox pour les élections législatives du parlement catalan prévues pour le 14 février.Twitter contre les ÉtatsLa suspension du compte a poussé Santiago Abascal, président de Vox, à réagir en utilisant la voie de ce même réseau social : " Twitter usurpe les fonctions des États démocratiques, limitant les droits fondamentaux " lance celui qui a annoncé le dépôt d'une plainte contre le réseau social. Dans son message de suspension, ce dernier se contente de rappeler...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"La censure de Trump sur les réseaux sociaux est une démarche inquiétante"

Politiquement correct : les éditeurs face aux nouvelles censures

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

L'affiche du film Borat 2 censurée sur des bus de l'Essonne… pour des raisons sanitaires !

Amendes, censure, blessures : les risques de l'autofiction