"La censure de Trump sur les réseaux sociaux est une démarche inquiétante"

·1 min de lecture

Les comptes Twitter, Facebook et Instagram de Donald Trump ont été suspendus, après les événements du 6 janvier dernier. Bérengère Viennot, traductrice, rédactrice et correctrice, revient sur ce geste qui n'annonce rien de bon.

Après que le président américain a appelé ses partisans bien remontés à se ruer sur le Capitole à l’issue d’un discours en plein air à Washington, après que lesdits partisans l’ont pris au mot et envahi le bâtiment abritant les deux Chambres du Congrès, interrompant le processus démocratique de certification du vote des grands électeurs, forçant l’évacuation des élus dans un lieu secret, après qu’une femme a été blessée par balle (elle en mourra quelques heures plus tard), après que Trump a posté une vidéo sur son compte Twitter exprimant son " amour " pour les émeutiers qu’il appelait à se calmer, puis un message disant : " Voilà ce qui arrive quand une victoire électorale écrasante et sacrée est arrachée à ce point sans ménagement et violemment à de grands patriotes qui ont été injustement maltraités pendant si longtemps ", Twitter a suspendu le compte de Donald Trump.Cela faisait des mois que le réseau social parsemait le compte du président d’avertissements divers, voire masquait carrément ses messages, chaque fois que Trump publiait une élucubration sur la soi-disant fraude électorale dont il prétend avoir été victime. " Censure ! " hurlait le président américain, toujours prompt à déblatérer contre " Big Tech " qui selon lui manipule...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Rentrée obligatoire le 22 juin : "On ne pourra pas accueillir tous les élèves"

Ecoles : une distanciation "d'un mètre latéral" entre élèves à partir du 22 juin

Mercredi 22 avril : Collègues et hiérarchie sont persuadés que l'enseignement virtuel est incompatible avec la poursuite du programme