Censuré par son principal, ce lycéen gay ne s'est pas laissé intimider pour terminer son discours

·2 min de lecture
Censuré par son principal, ce lycéen gay ne s'est pas laissé intimider pour terminer son discours
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Major de sa promotion, le lycéen Bryce Dershem, a su reprendre ses esprits lorsque le principal du lycée, Robert Tull, lui a changé son micro et sa feuille de discours.

ÉGALITÉ – Un discours de fin d’année scolaire perturbé dans un lycée du New Jersey aux États-Unis. Alors que le major de promotion, le lycéen Bryce Dershem, venait tout juste d’évoquer son coming out gay en première année, son micro a été coupé.

C’est le principal du lycée, Robert Tull, qui s’est levé pour monter sur scène et a semblé débrancher des fils électriques, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article. Robert Tull s’est saisi du microphone, mais aussi du discours papier du jeune homme de 18 ans. Il lui a également donné une nouvelle copie préapprouvée par l’administration de l’école.

Une fois le microphone remplacé, c’est sous les encouragements de ses camarades de l’Eastern Regional High School que Bryce Dershem a poursuivi et terminé son discours de mémoire. Il a pu ainsi évoquer son anorexie et soulever la question de la santé mentale au lycée.

Lorsqu’il est arrivé à la cérémonie, le lycéen portait un drapeau arc-en-ciel, sur sa robe de diplôme. Un administrateur de l’école voulait qu’il l’enlève, mais il a refusé. Concernant cet incident du micro, l’adolescent a déclaré à la télévision américaine, qu’il pensait que le principal essayait de faire croire qu’il y avait des problèmes techniques.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À la fin de son discours, le public lui a fait une standing ovation. Une femme l’a même remercié par la suite. “Elle m’a dit que son fils n’avait pas survécu à la pandémie en raison de problèmes de santé mentale et elle a commencé ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles