"Je suis censurée pour avoir dit des vérités interdites" : Ségolène Royal ne digère pas son éviction de BFMTV

BFMTV
BFMTV

Ségolène Royal réplique. Après avoir remis en question, le 1er septembre, le bombardement d'une maternité de Marioupol en Ukraine, l'ancienne candidate à l'élection présidentielle de 2007 a été officiellement écartée de l'équipe d'éditorialistes de BFMTV. Marc-Olivier Fogiel, directeur de BFMTV, l'a annoncé, ce dimanche, dans la nouvelle émission médias de France 5, "C médiatique".

"Autoritarisme bizarre"

"Nous avons demandé à Ségolène Royal de venir s'en expliquer, de s'en justifier et de s'excuser. Elle s'était engagée à revenir. Finalement, elle ne l'a pas fait. Elle l'a fait sur une chaîne concurrente (LCI, ndlr), mais ce n'est pas le problème", a expliqué l'ancien anchorman d'Europe 1 et de RTL. Et de poursuivre : "Il se trouve qu'elle a planté le rendez-vous dans lequel elle était supposée venir s'expliquer. Là, le lien de confiance avec Ségolène Royal était rompu".

Si jusqu'ici, Ségolène Royal n'avait pas réagi à la déclaration de son désormais ancien patron, l'ancienne ministre est finalement sortie du silence ce mardi sur le réseau social Twitter. "Ainsi donc je suis censurée de BFMTV pour avoir dit des vérités interdites et, crime encore plus grave, avoir accepté une autre chaîne de télévision pour en parler. Autoritarisme bizarre pour tout média censé respecter la liberté d'expression et d'opinion. Merci à tous les soutiens", a-t-elle écrit.

"Vous n'êtes pas censurée", lui a rétorqué...

Lire la suite


À lire aussi

"Je ne suis pas un rat de laboratoire !" : Jean-Luc Mélenchon s'emporte contre Philippe Corbé sur BFMTV
"Si vous dites que je suis folle, je quitte le plateau" : Coralie Dubost mise hors d'elle par Pascal Praud sur CNews
Michel Cymes ("#QHM") : "Dites que je suis une marque, je m'en fous !"