Celui qui reste

Libération.fr
Paris, le 26 avril 2018. Portrait de Victor Solf chanteur du groupe HER. COMMANDE N° 2018-0531

Victor Solf Chanteur et pianiste de Her, il perpétue le groupe depuis la disparition de Simon Carpentier, l’autre moitié du duo et son meilleur ami.

Le 25 avril 2018 à l’Olympia. Dernière date programmée ensemble. Ce concert, Victor Solf et Simon Carpentier l’avaient ajouté à leur agenda au début de l’été 2017. Quelques semaines plus tard, un cancer emportait Simon à l’âge de 27 ans. Depuis, la vie de Victor Solf tient à une promesse : ne pas arrêter Her. Le soir tant attendu, dans son élégant costume de soulman, l’artiste occupe le vide laissé sur scène. Entouré par quatre musiciens, il interprète une version plus rock de Five Minutes, leur tube . La chanson, reprise dans une pub de la marque à la pomme, était chantée à l’origine par Simon. Ferveur dans le public.

La voix pleine et grave du Franco-Allemand se casse à l’évocation du membre absent. En fin de concert, l’ombre enrobe sa carrure de 1,91 m, le temps de dévoiler une composition intime : Are You Still Here ? («es-tu encore là ?»). Le titre a prêté son nom à une mini-série qui raconte la façon dont Her continue. «J’ai vraiment l’impression qu’on m’a coupé la moitié du corps», livre Victor Solf au début du premier épisode, diffusé courant juin. La mise à nu a été thérapeutique. Simon Carpentier était l’un de ses rares intimes, son témoin de mariage, et même son acolyte de cuisine. Dès le début de Her, le duo fusionnel savait que la course contre la maladie était lancée.

Comment Victor Solf a-t-il poursuivi en solo ? «Je me suis oublié en tant qu’individu, tout simplement. Mon obsession était de terminer cette histoire. Pour que je m’en sorte, je ne devais pas avoir de regrets. L’idée d’avoir un pied bloqué dans le passé me hante. Tout ce que je commence dans ma vie, je le finis», abonde-t-il. Il est installé depuis près d’une heure dans un troquet du Xe arrondissement de Paris, à quelques mètres de son appartement. Son sourire pudique s’est estompé. Il dit être sorti de la tempête des derniers mois. L’artiste (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le son du jour #267 : cruel comme Charles Howl
Le son du jour #266 : frontalier comme Kamaal Williams
Glenn Branca, mort d'un compositeur explorateur
Le son du jour #265 : aquarelliste comme Jon Hassell
Art Rock, Saint-Brieuc, 18-20 mai