« Celui qui fait peur » : découverte d'un dinosaure redoutable !

Nathalie Mayer
·2 min de lecture

Des restes fossilisés d’un dinosaure jusque-là inconnu ont été retrouvés en Patagonie (Argentine). Des restes incroyablement bien conservés qui permettent aux chercheurs de le décrire comme un prédateur redoutable. Ils l’ont baptisé « celui qui fait peur ».

Des dents acérées. De longues griffes. Des pattes arrière puissantes. Un odorat des plus fins. Une ouïe développée. Une taille imposante – jusqu’à cinq mètres de long. Ce nouveau dinosaure découvert en Patagonie (Argentine) a tout d’un redoutable chasseur. Il a d’ailleurs été baptisé Llukalkan aliocranianus ce qui, en langue mapuche, signifie à peu près « celui qui fait peur ».

Les paléontologues ont trouvé les restes de ce dinosaure du côté de la formation Bajo de la Carpa. À quelques centaines de mètres seulement de ceux d’une espèce apparentée, le Viavenator exxoni. Cette découverte montre que la diversité et l’abondance des dinosaures théropodes de la famille des Abelisauridae – les chercheurs en ont identifié dix espèces dans l’hémisphère sud – dans la région étaient remarquables il y a quelque 80 millions d’années.

Le « crâne différent » de « celui qui fait peur ». © Journal of Vertebrate Paleontology
Le « crâne différent » de « celui qui fait peur ». © Journal of Vertebrate Paleontology

Un prédateur au crâne différent

Et si les chercheurs nous donnent aujourd’hui autant de précision concernant « celui qui fait peur », c’est que le spécimen qu’ils ont trouvé était incroyablement bien conservé. Avec notamment, un crâne non écrasé. Ils ont par exemple découvert un sinus dans son oreille moyenne. Une caractéristique qui fait défaut à ses cousins de la famille des Abelisauridae. De quoi lui assurer sans doute une meilleure audition, comparable au moins à celle d’un crocodile de notre temps.

Twitter @tandfnewsroom
Twitter @tandfnewsroom

Notez que le terme « aliocranianus » a été choisi pour composer le nom de ce nouveau dinosaure découvert. En latin, il évoque un « crâne différent ». Car le crâne de « celui qui fait peur » est court. Il présente...

> Lire la suite sur Futura

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi sur Futura