Les cellules exceptionnellement préservées d'un Caudipteryx ravivent l'espoir d'obtenir de l'ADN de dinosaure

·2 min de lecture

Des cellules cartilagineuses très bien préservées contenant les restes de molécules organiques et de la chromatine, support de l'ADN, ont été découvertes dans les restes fossilisés d’un dinosaure vieux de 125 millions d'années. La préservation des noyaux cellulaires d'organismes éteints est un fait rare.

Le biote de Jehol est connu pour être l’une des mines d’or mondiales de la paléontologie. Appelé également , cet ensemble d’organismes fossiles doit sa richesse au site qui l’abrite, une zone de la province du Liaoning et du Heibei, au nord-est de la Chine, dominée au Crétacé par des zones humides, des lacs peu profonds et des volcans actifs dont les cendres ensevelissaient régulièrement les carcasses des spécimens morts. Un cocktail idéal pour la préservation de ces derniers, certains fossiles issus du biote de Jehol présentant encore des plumes, de la peau, et même, parfois, des fragments de cerveau !

Une nouvelle découverte dans cet écosystème d’exception vient aujourd’hui allonger la liste des "trésors de Jehol" : celle d’un fossile de Caudipteryx - un dinosaure théropode à plumes aux allures de grand faisan – renfermant encore des cellules de cartilage malgré ses quelques 125 millions d’années. Selon les chercheurs qui relatent la trouvaille dans un article de en date du 24 septembre 2021, le cartilage est un tissu de vertébré qui a prouvé par le passé sa capacité à préserver efficacement les noyaux cellulaires. Dans le cas de notre fossile de Caudipteryx, il s’avère que les cellules du cartilage contiennent encore des traces de biomolécules et d'autres structures organiques, au point, nous dit l’étude, que les chercheurs sont capables de déterminer à quel stade de leur cycle naturel elles se trouvaient au moment de leur mort.

Noyau et chromatine

L'équipe explique avoir extrait du fossile une section de cartilage du fémur droit et constaté que celui-ci avait subi un type de fossilisation appelé "silicification". Une silicification désigne le processus au cours duquel le tissu organique d'origine est remplacé par de la silice, un oxyde qui aide à préserver les cellules. Après avoir déminéralisé une partie de l'échantillon, les chercheurs l'ont coloré avec de l’hématoxyline, une substance chimique qui se lie au noyau d'une cellule et fait apparaître en violet sa[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles