Celine en parade

Par Gilles Denis
·1 min de lecture
Le final de la parade de Celine à Vaux-le-Vicomte 
Le final de la parade de Celine à Vaux-le-Vicomte

« Quo non ascendet » ? jusqu'où ne montera-t-il pas ? ? : la devise de Fouquet trouva sa réponse dans la chute du ministre après les fêtes qu'il organisa le 17 août 1661 en son domaine de Vaux-le-Vicomte pour célébrer (un peu) Louis XIV et (beaucoup) sa propre gloire ? un mouvement d'ubris qui déplut tant au roi qu'il signa l'arrestation de son ministre et n'eut de cesse dès lors de faire mieux que lui, confisquant les artistes qui avaient créé la splendeur de Vaux. Sans doute Hedi Slimane n'ignore-t-il rien de cette histoire ; sans doute sa propre ascension ne fait-elle pas d'ombre aux souverains du luxe qui l'emploient et ne risque-t-il donc pas de chute à la Phaéton. Aussi, c'est plutôt du côté de Le Nôtre et de la manière dont les jardins qu'il dessina pour le surintendant des Finances furent les prémices de Versailles et du Grand Siècle qu'il faut chercher la raison du choix de ces parterres comme cadre du film présentant la collection automne-hiver 2021 de Celine et dévoilé sur le site de la marque le 15 avril 2021.

Celine automne-hiver 2021 © ROUDAUT MORGANParade à la française

Sans doute, car leur caractère très français, sur le fil entre les époques, et leur architecture même ? toute en perspectives, surprises, et finalement équilibre ? sont la métonymie de la manière dont Hedi Slimane définit depuis toujours « l'élégance à la française ». Sans doute, car leur rectitude est plus baroque qu'il n'y paraît et qu'elle cache une profusion de sentiment [...] Lire la suite