"Cela ressemblait à une lapidation": un député LaREM raconte son agression par des anti-pass

·2 min de lecture

Stéphane Claireaux, député de Saint-Pierre-et-Miquelon, a annoncé qu'il allait porter plainte.

"C'est surréaliste". Stéphane Claireaux, député LaREM de Saint-Pierre-et-Miquelon, a été agressé ce dimanche devant son domicile par des manifestants anti-pass sanitaire. Sur franceinfo, il évoque une "discussion impossible" et affirme qu'il va porter plainte.

La décision du préfet de mettre en œuvre le pass sanitaire dès mercredi prochain a déclenché d'importantes manifestations sur l'archipel, peuplé de moins de 6000 habitants. Plus de 500 personnes défilaient dans les rues de Saint-Pierre ce dimanche lorsque plusieurs dizaines d'entre elles se sont rendues devant la résidence de Stéphane Claireaux.

"Une lapidation"

"J'attendais les manifestants afin de pouvoir discuter avec eux", explique le député. Il voulait "échanger, défendre son point de vue et cela a dégénéré", confirme Annick Girardin, la ministre de la Mer, sur franceinfo. En effet, l'élu a été pris à partie sur son perron, devenant la cible de nombreux projectiles au visage suivis par des jets de pierre.

"Il y avait une voiture qui était chargé d'algues, de goémon, et les gens ont commencé à m'en lancer à la figure (...). Cela ressemblait à une lapidation", détaille-t-il.

Le député explique également avoir évité "à 5 cm près un galet qui nous est passé près de la figure" et avoir été attaqué par un manifestant qui lui "arrachait le masque de la figure en disant que le virus n'existe pas".

Recrudescence des menaces et des agressions

Stéphane Claireaux a décidé de porter plainte et la gendarmerie a été saisie de l'enquête. "On reçoit tous des menaces de mort par mail, à un moment donné il faut que ça s'arrête", martèle-t-il. 

Depuis plusieurs mois, les attaques envers les élus se sont multipliées. C'est notamment le cas pour ceux qui témoignent leur soutien aux mesures de restrictions sanitaires prises par le gouvernement.

Face à cette recrudescence, une référente pour "recueillir les signalements" et "conseiller" les élus a été désignée à l'Assemblée nationale. Le ministère de l'Intérieur a également demandé aux préfets de renforcer la protection des élus, notamment "dans le contexte de l'examen du projet de loi du pass vaccinal". Gérald Darmanin a, par ailleurs, "chargé le préfet de Saint-Pierre-et-Miquelon d'assurer la protection du député".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Anti-pass: très net rebond de la mobilisation à Paris

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles