La CEDH juge que la vaccination obligatoire est nécessaire dans une société démocratique

·1 min de lecture

En pleine campagne de vaccination contre le coronavirus, une décision de la Cour européenne des droits de l’homme balaye les arguments des anti-vaccins. Jeudi 8 avril, les juges de la cour ont estimé que la vaccination obligatoire est nécessaire dans une société démocratique. Une décision qui est une véritable pierre dans le jardin des anti-vaccins.

Avec notre correspondante à Strasbourg, Angélique Ferat

Des parents tchèques avaient saisi la Cour européenne des droits de l’homme dans six procédures. Ils refusaient de vacciner leurs jeunes enfants. Ceux-ci avaient alors été exclus de l’école maternelle. Selon ces parents, la vaccination obligatoire contre neuf maladies infantiles imposée par la République tchèque violait le respect de leur vie privée.

La Cour européenne des droits de l’homme a balayé cette affirmation. Les 17 juges de sa chambre haute estiment que « le principe de solidarité sociale peut justifier que l’on impose la vaccination à tous ». En d’autres termes, l’intérêt collectif prime sur l’individu. La cour estime qu’une politique de vaccination est légitime face au « besoin impérieux de protéger la santé individuelle et publique ».

C’est la première fois que la Cour européenne se prononce sur la vaccination obligatoire. Si cet arrêt ne mentionne pas l’épidémie de coronavirus, la décision des juges de Strasbourg pourrait conforter les États européens quand ils envisagent un passeport vaccinal ou une vaccination obligatoire pour atteindre l’immunité collective contre le Covid-19.