La CEDH demande à la Pologne et la Lettonie d’aider des migrants à la frontière biélorusse

·1 min de lecture

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) vient de demander à la Pologne et à la Lettonie de fournir de l’aide aux migrants coincés entre la frontière de ces pays et de la Biélorussie où les arrivées se font de plus en plus nombreuses ces dernières semaines.

De notre correspondante à Vilnius, Marielle Vitureau

Depuis plus d’une semaine, un groupe de migrants irakiens est balloté entre les garde-frontières biélorusses d’un côté et l’armée polonaise de l’autre, sans pouvoir passer la frontière. En Lettonie, un autre groupe de Kurdes irakiens est resté plusieurs jours coincé, dans la zone verte entre les deux pays. Ce sont ces personnes qui ont porté plainte.

►À lire aussi : La Pologne va ériger une clôture anti-migrants à sa frontière avec la Biélorussie

La Cour européenne des droits de l’homme a donc exigé que la Lettonie et la Pologne en prennent soin pour une période de trois semaines allant jusqu’au 15 septembre. Pour autant, la cour n’intime pas l’ordre à ces deux États d’accepter les migrants sur leur territoire.

Les ONG locales inquiètes

Maria Golubeva, la ministre lettone de l’Intérieur a assuré que le service de protection des frontières assurait désormais leur ravitaillement. Néanmoins la situation reste tendue. Les ONG locales s’inquiètent du sort de ces migrants. Elles se plaignent sur les réseaux sociaux d’y avoir difficilement accès.

Si la Pologne a déclaré vouloir construire une clôture à la frontière avec la Biélorussie, la question ne semble pas encore d’actualité en Lettonie.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles