La CEDH condamne la Turquie pour la détention de Selahattin Demirtas

Source AFP
·1 min de lecture
Le leader pro-kurde Demirtas, accusé de « terrorisme » par Ankara, est emprisonné depuis novembre 2016.
Le leader pro-kurde Demirtas, accusé de « terrorisme » par Ankara, est emprisonné depuis novembre 2016.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a sévèrement condamné la Turquie pour la détention depuis 2016 du leader pro-kurde, et ancien candidat à la présidentielle turque, Selahattin Demirtas mardi 22 décembre. Une libération « immédiate » a été réclamée. Dans son arrêt, la CEDH a indiqué avoir constaté « plusieurs violations » à la Convention européenne des droits de l'homme, notamment contre le droit à la « liberté d'expression », la « liberté et à la sûreté », ou encore l'organisation « d'élections libres ».

Au total, l'arrêt de la CEDH épingle pas moins de cinq violations de la Convention, un traité international signé par les États membres du Conseil de l'Europe, dont la Turquie, et qui vise à protéger les droits de l'homme et les libertés fondamentales.

Selahattin Demirtas accusé de « terrorisme » par Ankara

Ancien député, Selahattin Demirtas est détenu dans les geôles turques depuis son arrestation en novembre 2016, quelques mois après le putsch manqué de juillet contre Erdogan : accusé par Ankara de « terrorisme », cet ancien coprésident du Parti démocratique des peuples (HDP, pro-Kurde) risque jusqu'à 142 années de prison s'il est reconnu coupable dans son principal procès, dont le verdict n'a pas encore été rendu.

En juin dernier, la Cour constitutionnelle turque avait déjà jugé que la détention de Selahattin Demirtas constituait une violation de ses droits. En septembre 2019, un tribunal turc avait même ordonné sa libération, mais l'opposant [...] Lire la suite