Ceci n’est pas une reformation

Libération.fr

This Heat, trio britannique culte et météore du post-punk de la fin des années 70, revient au festival Sonic Protest sous un nouveau nom et avec un nouveau projet.

On pourrait dire du trio britannique This Heat qu’il a souffert - puis bénéficié - de l’une des percolations les plus lentes de l’histoire du rock. Formé en 1976, dissous en 1982, ce cénacle de radicaux libres du sud de Londres a fait peu de vagues hors du Royaume-Uni pendant sa courte vie. Son existence post-mortem, en revanche, est l’une des plus remarquables qui soit, et ce pour des raisons qui n’ont que très peu à voir avec les activités ultérieures de ses membres Charles Hayward (Camberwell Now), Charles Bullen (avec Lifetones) ou Gareth Williams (au sein du duo Flaming Tunes). A l’instar de Can ou du Velvet Underground, This Heat appartient à ce panthéon de groupes dont les œuvres largement «séminales» font qu’on leur fait porter le chapeau de mille genres musicaux - dans son cas unique, des dizaines de sous-catégories du «post-rock» et de la musique électronique.

Fils prodigue. Sans rapport ou presque avec la courte période où Hayward, Williams et Bullen ont inventé ensemble, la réputation du trio n’a cessé de grossir à chaque vague de réédition de son maigre catalogue, la dernière en date initiée par Light in the Attic en décembre. Le premier double-concert londonien, les 12 et 13 février, de la «reformation» du trio sous le nom de This Is Not This Heat (sans Gareth Williams, mort en 2001, mais agrémenté d’un cénacle de disciples de renom tels Thurston Moore ou Alexis Taylor de Hot Chip) a ainsi attiré jusqu’à des fans d’Amérique du Sud ou du Japon qui semblaient n’attendre rien d’autre que ce retour à la vie du fils prodigue de l’art rock mondial.

Il faut dire - répéter - que la musique de This Heat n’a pas perdu, malgré trois décennies de mutations intenses du rock, une particule de sa primeur et de son originalité. Pourtant pillés dans les grandes largeurs par les gens de l’indie rock ou de la (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

En prison, le jazzman Vincent Courtois libère les démons
Thomas de Pourquery, cosmic trip
Laraaji, les mystérieuses cithares d’or
Sonic Protest, expérience live
Opel-PSA, mariage confirmé

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages