"Trop ceci, pas assez cela" : Marlène Schiappa en a assez qu'on "traque l'erreur en permanence"

·1 min de lecture

"Une nation de 66 millions de procureurs." Auteur de phrases chocs, Emmanuel Macron a récemment réitéré lors d'un déplacement à l'université Paris-Saclay. Sortie qui a ulcéré l'opposition mais que Marlène Schiappa a approuvé ce lundi 25 janvier. "Le président de la République a raison", a-t-elle assuré face à Jean-Michel Aphatie sur LCI, "ce qu'il évoquait, c'est le fait de traquer l'erreur de l'autre." Et de développer : "On peut trouver que les politiques sont trop ceci pas assez cela mais (...) vous avez là des gens qui s'engagent, qui donnent de leur temps et en face, certains qui traquent l'erreur en permanence."

Marlène Schiappa n'hésite donc pas à voler au secours d'Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé sous le feu des critiques en raison de la gestion de la crise sanitaire. Un dur combat qu'il mène en première ligne et "depuis des mois" aux côtés d'Emmanuel Macron et du Premier ministre Jean Castex, après avoir pris la relève d'Agnès Buzyn. "L'œil de Moscou" de Gérald Darmanin au ministère de l'Intérieur réclame, avant tout, "un peu de solidarité nationale." Un sentiment qui pourrait aussi lui accorder un peu de répit puisque la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté n'est pas exemptée de toute critique.

Intertitre

Victime d'une fake news au mois de décembre 2020, après avoir été moquée sur la Toile à la suite de ses propos sur la polygamie et le polyamour ou encore du lancement de son compte TikTok, l'année 2021 a commencé sur fond de polémique (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Affaire Gérard Louvin : cette lettre anonyme qui a mis la puce à l'oreille de la police
"Je n'ai pas connu la rue !" : Amel Bent met les choses au clair
Iris Mittenaere en larmes : la belle surprise de sa mère et de son chéri en plein direct
Le Dr. Martin Blachier jette un pavé dans la mare : "Il est possible que l’on se confine pour rien"
Amel Bent éprouvée sur le tournage des Sandales blanches : « Il y a eu des cris, des larmes... »