Cavalier seul

Libération.fr

Terry Gilliam . Le cinéaste de 77 ans, après plus de vingt ans de tuiles puis une bataille judiciaire, aura fini par achever son film inspiré de Don Quichotte et le voir projeté en clôture du Festival samedi. Rencontre avec l’ex-Monty Python en goguette sur la Croisette.

Tremblez carcasses endimanchées, Terry Gilliam a finalement rallié la Croisette, déjouant les plus sombres pronostics. Revenu d’entre les draps blancs d’une chambre d’hôpital (après «un blocage de l’artère médullaire, celle qui amène le sang vers le cerveau»), rescapé des affrontements judiciaires qui ont bien failli avoir la peau de son «Don Quichotte de la malchance», le cinéaste de 77 ans s’empiffre de madeleines aux fraises dans un salon cannois. Aux anges, il enchaîne les blagues sur sa santé, sa femme, le dîner de la veille dans le même restaurant que les acteurs de Star Wars. Avant de préciser plus sérieusement : «C’est important pour moi d’être ici, que le film ait surmonté tout ça, c’est fantastique.» Il gravira les marches ce samedi pour clore le Festival et, par la même occasion, vingt-cinq ans de galère. Gilliam le maudit en rigole : «Dieu me déteste. Au moins, je pense qu’avec ce film j’ai réussi à prouver son existence.»

Il a l’air d’un touriste en goguette avec ses sandales, son jean et sa veste de kimono (entrouverte sur un tee-shirt estampillé «Don Quixote vive»), un touriste qui retrace son voyage aux confins de la poisse. Tout commence dans les années 90. Habitué à dévorer trois livres par jour, «un à chaque repas», il se prend de passion pour Cervantes. Ou plutôt, rectifie-t-il théâtralement et hilare : «C’est Cervantes qui m’a choisi. Moi, je suis une victime, une victime de cet homme du XVIIe siècle. Très honnêtement, je pense qu’il a abusé de moi pendant toutes ces années.» Enthousiasmé par le monument littéraire, il le convertit à sa sauce en scénario. Reste que Hollywood est frileux avec l’ancien Monty Python qui, malgré les succès de Brazil ou l’Armée des douze singes, (...) Lire la suite sur Liberation.fr

hors-service
Cannes, jour 8, demandez le programme
«Sofia», délit de grossesse
De notre envoyé spécial à 905 kilomètres de la Croisette
«Under the Silver Lake», Los Angeles parano