Cavaillon : face aux dealers, les services sociaux désertent un quartier

·1 min de lecture
Auprès de la radio, le préfet du Vaucluse indique qu'une « opération de renouvellement urbain est prévue ».
Auprès de la radio, le préfet du Vaucluse indique qu'une « opération de renouvellement urbain est prévue ».

C?est le désastre dans la cité du Docteur-Ayme à Cavaillon, dans le Vaucluse. Depuis désormais presque un mois, les services sociaux du quartier ont plié bagage. Face à la violence de plus en plus présente, entre tirs de balles réelles et dealers, de nombreux organismes publics ont préféré partir, rapporte RTL mardi 21 septembre. Au mois d?août, la cité a été le théâtre de deux fusillades en à peine dix jours. Foyers de jeunes, centre communal d?action sociale (CCAS), l?agence locale de l?Assurance maladie font partie de ces services qui ont fui pour aller se réfugier ailleurs dans la ville.

La directrice du CCAS assure que, en ce qui concerne son organisme, cette relocalisation n?est que « temporaire, provisoire ». Du côté de l?agence de l?Assurance maladie, on certifie que l?on souhaite revenir s?implanter dans le quartier « le plus vite possible ». Sa directrice justifie le choix de fermer l?antenne qui se situe au c?ur de la cité du Docteur-Ayme par le climat d?insécurité qui y règne : « Nous nous retrouvons dans une position un peu schizophrène : à la fois on ne veut pas déserter ce territoire qui a des besoins sociaux et de proximité importants, mais on doit aussi mettre à l?abri notre personnel et les assurés qui viennent sur le site. »

« La population subit et les services publics, eux, fuient »

Selon RTL, des balles sont déjà venues s?encastrer dans des véhicules garés sur le parking de l?agence, certaines ont même été tirées dans les vitres du bâtim [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles