La cause animale bien campée sur quatre pattes

Libération.fr

Un parti, un site web, une association et un manifeste : les défenseurs de l’intérêt animal ont multiplié les moyens de faire progresser leurs idées.

Comment imposer la question animale dans le débat politique ? Les militants pro-animaux s’appuient sur quatre outils complémentaires et efficaces : une formation et un observatoire politique, une association phare et un manifeste qui interpelle les candidats.


Le Parti animaliste vise les législatives

Son slogan : «Les animaux comptent, votre voix aussi.» Créé discrètement il y a tout juste un an, il a été officiellement lancé en novembre et compte déjà un millier d’adhérents. Indépendant financièrement avec un budget de 60 000 euros environ (dons et adhésions), il est coprésidé par quatre femmes. «Nous sommes toutes militantes de longue date pour la cause animale, mais aussi engagées dans d’autres combats comme la défense des droits des étrangers», détaille Hélène Thouy, 32 ans, avocate, qui précise : «Aucune de nous n’est encartée dans un autre parti.»

A moyen terme, le Parti animaliste veut inciter les politiques à s’emparer de la question animale. A court terme, il recherche des candidats pour les présenter sous sa bannière lors des élections législatives de juin. «Nous avons déjà validé une soixantaine de candidatures mais dans l’idéal, nous aimerions présenter une centaine de candidats, explique Hélène Thouy, qui se présente elle-même à Bordeaux. Mais à raison d’environ 1 000 euros pour présenter chaque candidat, la question du coût reste évidemment un obstacle.» Qui sont ces citoyens prêts à défendre les couleurs du Parti animaliste ? Selon l’avocate, aucun profil type ne se dégage, à part une prédominance féminine : «Agés de 20 à 70 ans, ces candidats sont cadres supérieurs, employés, chômeurs, anciens diplomates, ou chercheurs… Leurs sensibilités politiques sont différentes, mais tous veulent que la question animale soit déconnectée du clivage gauche-droite.» Quelle est l’utilité de voter pour ces candidats, (...) Lire la suite sur Liberation.fr

L’abattage rituel, point de crispation
L’extrême droite, côté bêtes
Droits non humains
Les animaux dans la campagne politique: tous aux poils
L’extrême droite, côté bêtes

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages