Catherine Laborde fait face avec le sourire

Victime d’une maladie neurodégénérative, l’ancienne présentatrice météo lutte avec le soutien de ses filles et de son mari

Elle a le regard intense et brillant. Son visage est lumineux, éclairé par un franc sourire. Fidèle à l’image de la présentatrice météo qu’elle a été pendant près de trente ans, Catherine Laborde est un joli petit bout de femme à la voix soyeuse. Elle nous accueille chez elle, dans son appartement parisien, avec une chaleur et une bienveillance non feintes. Noël est passé depuis quelques jours. La maison est encore pleine de ceux qu’elle aime et qui l’aiment. Sa fille aînée, Gabrièle, 33 ans, son petit-fils, Saul, 5 mois. « Elle en est complètement gaga », se moque gentiment Thomas Stern, son mari depuis 2013. Il y a d’autres bébés en route dans cette famille recomposée. Pia, 30 ans, la cadette, est enceinte de 8 mois. La fille de Thomas attend, elle aussi, un heureux événement. « Inconsciemment, on sent, dans la famille, que la vie doit prendre le dessus », commente Catherine. C’est assez rare que tout ce petit monde soit réuni pour les fêtes. Gabrièle vit à New York. Pia est parisienne mais, comme elle est sage-femme, elle est régulièrement sur le pont pendant les fêtes. Catherine aussi a toujours travaillé les 24 et 25 décembre. Thomas, lui, œuvrait dans la pub, métier chronophage. « La retraite et les congés maternité ont du bon », plaisante Pia.

"Un diable monstrueux"

L’ancienne présentatrice météo de TF1 souffre d’un mal insidieux et incurable. Invisibles par moments, les symptômes peuvent surgir tel « un diable monstrueux ». Il lance ses assauts au détour d’une conversation où les mots s’évanouissent, à la venue subite d’un tremblement non maîtrisé. « Je suis atteinte de la démence à corps de Lewy, une maladie dégénérative du cerveau qu’on connaît très mal. C’est un domaine pratiquement inexploré, un peu comme(...)


Lire la suite sur Paris Match