Catherine Jacob : "Il n’est pas question de proposer une version réchauffée de Papy fait de la résistance" (France 2)

·1 min de lecture

Pourquoi avoir accepté d’incarner Madame Bourdelle ?

Catherine Jacob : Quand Martin Lamotte m’a appelée, j’ai immédiatement dit oui, car je voulais me confronter à cette icône de la culture française. Franchement, c’est difficile de refuser une telle proposition ! D’autant que cela représente un challenge, car la pièce n’est pas réalisée sous la même forme que le film de Jean-Marie Poiré, sorti en 1983. Il n’est pas question ici de proposer une version réchauffée de Papy fait de la résistance.

Quels sont les grands changements ?

C’est une adaptation un peu particulière et très théâtralisée, avec trois décors, un escalier, des effets vidéo… En revanche, l’histoire reste la même, à savoir celle d’un immeuble réquisitionné pendant l’Occupation, dans lequel les gens font gaffe sur gaffe.

Comment les répétitions se sont-elles déroulées ?

Nous avons travaillé pendant l’épidémie de Covid-19. Nous avons ainsi passé trois mois dans une salle, en répétant avec des masques quatre à cinq heures par jour. C’était un peu lourd, et cela nous obligeait à rester très concentrés. Nous avons aussi beaucoup travaillé avec le metteur en scène, car le lieu ne ressemblait en rien au décor. Cela a donc été un grand bonheur de nous retrouver sur scène et de pouvoir enlever nos masques.

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi