Catherine Hill : "Le déconfinement prévu est extraordinairement déraisonnable"

·1 min de lecture

Ce jeudi 22 avril, le Premier ministre Jean Castex a annoncé la réouverture des écoles dès la dernière semaine d'avril et la fin des restrictions de déplacement début mai. Pour l’épidémiologiste Catherine Hill, ces mesures ne sont pas raisonnables sur le plan sanitaire.

C’est une annonce gouvernementale conforme au calendrier annoncé fin mars : dans sa conférence de presse de ce jeudi 22 avril, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que les écoles rouvriront pour la dernière semaine d'avril et les collèges et lycées durant la première semaine de mai, avec une batterie de tests salivaires disponibles pour les élèves. Les restrictions de déplacement au-delà de 10 km du domicile seront levées le lundi 3 mai. Quant aux cafés et restaurants, le gouvernement a annoncé l'objectif de la mi-mai, sans donner de date précise et en affirmant que cela se fera de manière progressive et territorialisée s'il le faut.Cette annonce se fonde sur les avancées de la campagne vaccinale mais, pour certains épidémiologistes, elle est bien trop précoce, alors que le taux d’admission en réanimation est encore comparable au pic de novembre. Catherine Hill, épidémiologiste à l’Institut Gustave Roussy, revient pour Marianne sur les choix du gouvernement.Marianne : Les annonces de réouvertures sont très attendues par de nombreux Français. Pensez-vous qu’elles soient raisonnables sur le plan sanitaire ?Catherine Hill : Absolument pas. On laisse le virus circuler : il y a en moyenne 300 morts...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Catherine Hill : "D’ici septembre, on peut espérer avoir atteint l’immunité collective"

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Mensonge éhonté" : la réponse de Catherine Dolto à Jack Lang à propos d'une tribune pro pédophilie