Catherine et Dominique Frot : les meilleures ennemies du monde

·2 min de lecture

Pour la première fois, les deux sœurs se retrouvent à l’écran. Dans la vie, elles ont toujours été très unies pour le rire… et pour le pire.

« Petites, se rappelle Dominique, nous nous partagions un tableau noir pour faire nos devoirs. Catherine est droitière ; moi, gauchère. Au bout de quelques lignes, nos coudes se frôlaient jusqu’à s’entrechoquer avec brutalité et tout se terminait souvent par des hurlements. » Catherine non plus n’a pas oublié. Elle sourit. « Plutôt que de travailler, se remémore-t-elle, nous faisions des concours de gros mots au tableau. C’était très vivant… » Une seule année sépare Catherine, l’aînée, de Dominique, dite « Dôme », la cadette. Enfants, assure Catherine, elles se ressemblaient comme deux gouttes d’eau : « Je disais toujours que nous étions des sœurs irlandaises. Jusqu’à ce que j’apprenne que l’expression n’existe pas. » Des presque jumelles qui ont été les meilleures amies du monde. Et, parfois, les meilleures ennemies… Toutes deux partagent plus que des souvenirs : un métier, celui d’actrice, et, aujourd’hui, l’affiche d’un film, « Sous les étoiles de Paris », de Claus Drexel. Une situation inédite pour celles qui, jusque-là, avaient soigneusement veillé à se tenir à distance, chacune occupée à tracer sa voie.

Longtemps, Catherine et Dominique ne se sont fréquentées qu’au téléphone, des conversations passées à faire, défaire et refaire le monde dans le combiné. Avec une règle : ne jamais parler de cinéma. Là-dessus, elles sont encore d’accord. Pour le reste… C’est dans deux voitures différentes que les sœurs Frot sont arrivées au studio de Bry-sur-Marne, où se déroule la séance photo. Pour la première fois, elles acceptent de poser ensemble. Le temps a estompé leur ressemblance, les joues de l’une se creusent là où le visage de l’autre s’arrondit. Dans les allées du studio, la plus jeune court sans cesse. Il lui faut(...)


Lire la suite sur Paris Match