Catherine Colonna estime que la Chine a un rôle à jouer "pour la paix" dans le monde

SARAH MEYSSONNIER / POOL / AFP

Alors que son homologue chinois était en déplacement en France, la ministre des Affaires étrangères a évoqué de nombreux sujets internationaux, notamment la guerre en Ukraine ou le "dossier" de la Corée du Nord.

La Chine a un rôle à jouer "pour la paix et la stabilité mondiales", a estimé mercredi soir la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, en accueillant à Paris son homologue chinois.

"Nous savons l'importance du rôle de la chine sur la scène mondiale et l'importance du rôle qu'elle peut jouer pour la paix et la stabilité mondiales", a-t-elle déclaré à Qin Gang en ouverture de leur réunion qui devait être suivie d'un dîner au ministère.

Elle a répété que Pékin devait oeuvrer pour "parvenir à convaincre la Russie à revenir à un plein respect de la charte" des Nations unies.

Plus tôt, elle avait appelé Pékin à user de "ses relations avec la Russie" pour l'amener sur le chemin de la paix, lors d'un briefing à l'Élysée aux côtés de son homologue allemande Annalena Baerbock, qui avait assisté au conseil des ministres français.

"Il est nécessaire que la Chine utilise ses relations avec la Russie pour faire mieux comprendre à la Russie qu'elle est dans une impasse et lui demander de revenir à la raison" pour "un retour à la paix et non pas la continuation de la guerre", avait-elle alors déclaré.

Le "dossier" de la Corée du Nord

Elle avait aussi rappelé que "sur la Chine et concernant l'Ukraine", les positions de la France étaient "connues". "Nous en parlons ouvertement, directement, avec la franchise que permet l'amitié".

Mercredi soir, Catherine Colonna a fait savoir qu'elle souhaitait également évoquer "en toute liberté" avec son homologue chinois "le dossier de la Corée du Nord". Ce pays a "une attitude préoccupante". La Corée du nord est "dans une escalade", a-t-elle souligné en référence à la série de lancement de missiles par Pyongyang cette année, dont un test de son premier missile balistique à combustible solide.

Catherine Colonna a invité le ministre chinois à réfléchir à la manière de "répondre dans l'unité et continuer d'oeuvrer à la stabilité dans la péninsule et la région".

Actuellement en tournée en Europe, Qin Gang a souligné qu'il était venu à Paris avec l'objectif de travailler ensemble pour (...) accélérer les échanges et les coopérations dans divers domaines" notamment humains, et "pour faire avancer le partenariat stratégique global sino-français".

Emmanuel Macron et son homologue chinois Xi Jinping s'étaient rencontrés en Chine début avril et appelé à des pourparlers de paix le plus vite possible pour mettre fin au conflit en Ukraine. Ils avaient en particulier estimé que les armes nucléaires ne pouvaient "pas être utilisées".

L'ONU contre la "neutralité"

Annalena Baerbock avait critiqué mardi l'attitude de Pékin dans le conflit ukrainien. "La neutralité revient à se mettre du côté de l'agresseur", avait-elle déploré, pendant une conférence de presse à Berlin avec Qin Gang.

Mercredi, Annalena Baerbock s'est contentée d'évoquer "un message européen commun" adressé à la Chine, rappelant qu'en tant de membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, cette dernière n'avait "pas que des droits mais aussi des devoirs".

Le chef de la diplomatie chinoise a entamé lundi une visite en Europe au moment où son pays entend jouer un rôle de médiateur dans la guerre en Ukraine. Après l'Allemagne et la France, il doit se rendre en Norvège.

La Chine, qui se présente comme un interlocuteur neutre dans le conflit en Ukraine malgré sa proximité avec la Russie, avait rendu public en février un document en 12 points présentant sa position sur le conflit. Dans ce texte, parfois perçu comme un plan de paix, Moscou et Kiev sont appelés à avoir des pourparlers.

Une conversation téléphonique attendue de longue date fin avril entre le président chinois Xi Jinping et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, la première depuis le début de l'offensive russe en Ukraine le 24 février 2022, a nourri l'espoir d'une avancée sur ce point.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Josep Borrell : la Chine est le pays "qui exerce la plus grande influence sur la Russie"