Une cathédrale médiévale émerge des sables au Soudan

·1 min de lecture
Fouilles de la vieille ville de Dongola. Photo prise par drone par l'équipe de l'université de Varsovie. 
Fouilles de la vieille ville de Dongola. Photo prise par drone par l'équipe de l'université de Varsovie.

Fondée au Ve siècle, la capitale du royaume de Dongola (au nord du Soudan) a connu il y a plus de quinze siècles un développement rapide. Placé sur la route reliant la Nubie et l'Égypte, ce micro-État, aussi connu sous le nom de Makurie, tira, semble-t-il, sa prospérité de l'exploitation de mines, mais aussi de la présence d'oasis permettant aux caravanes de faire halte sur son territoire. Son histoire est cependant mal connue. A-t-il été fondé par la tribu nubienne portant le nom de Makkourae ? C'est ce que laisse entendre le chercheur américain William Y. Adams (1927-2019), qui a publié, en 1977, une recension des manuscrits de l'époque ptoléméenne qui évoquent les débuts de ce royaume. Mais rien n'est moins sûr.

Christianisés par des missionnaires provenant probablement d'Anatolie, au VIe siècle, les monarques de Dongola auraient fait ériger une grande cathédrale à l'époque médiévale. C'est du moins ce qu'avancent les chercheurs de l'université de Varsovie qui ont exhumé, en mai dernier, les fondations d'un vaste bâtiment qu'ils pensent être religieux, sur la rive orientale du Nil. Un palais, un cimetière et des ateliers de poteries avaient déjà été identifiés sur place, en 2018, dans cette région qui fut islamisée après le XIVe siècle. Une église et un monastère avaient aussi été retrouvés sur place lors de précédentes campagnes de fouille.

Des dimensions inhabituelles pour la région

Le bâtiment récemment sorti des sables présente des dimensions inhabitu [...] Lire la suite