Le catch féminin, ou l'histoire d'une prise de pouvoir

Sasha Banks (droite) et Charlotte Flair (gauche) lors d'un cambat organisé par la WWE à Munich, le 3 novembre 2016. | Christof Stache / AFP

Il aura fallu attendre plus d'un siècle pour que les catcheuses s'imposent sur le ring, et le chemin est encore long pour que la discipline soit réellement inclusive.

Début février 2020, la catcheuse Aja Perera signait avec la promotion de catch la plus célèbre au monde, la World Wrestling Entertainment (WWE), dont elle est devenue la première arbitre féminine afro-américaine à temps plein, hors circuit indépendant.

Cela faisait trois ans que la catcheuse blanche Jessika Carr avait été nommée au même poste, et des millénaires que la figure de l'arbitre était confiée aux mains des hommes.

 

La nomination d'Aja Perera marque un tournant certes tardif mais décisif pour la promotion de catch la plus regardée et diffusée au monde; elle est un nouveau jalon dans une histoire du catch parsemée de trous et d'incorrections.

Depuis plus d'un siècle, les femmes se battent littéralement pour construire leur histoire du catch. Elles y entrent par des circuits fermés et font face aux mêmes obstacles que dans leur environnement personnel. Sexisme, racisme, grossophobie, homophobie et transphobie sont leur lot quotidien sur le ring comme en coulisses.

À LIRE AUSSI En Floride, le catch considéré comme «essentiel» pendant la pandémie

Monstres de foire et arrière-salles

À l'origine, les catcheuses sont mises en scène aux côtés de vaches à deux têtes et de chèvres à quatre cornes: elles sont l'attraction phare des freak shows, ces carnavals très populaires aux États-Unis entre le milieu du XIXe siècle et celui du XXe. Leur parcours débute donc sous les railleries et l'incrédulité du public.

Pour beaucoup de spécialistes, c'est Josephine Blatt, lutteuse et strongwoman, qui fait office de première catcheuse historique, en incarnant le personnage de Minerva.

 

Josephine Blatt en Minerva. | Via Wikipédia

Durant les années 1890, elle sillonne le nord du territoire américain avec sa troupe. Dans les cirques, ses performances scéniques et (...) Lire la suite sur Slate.fr