Catalogne. Barcelone redevient co-capitale culturelle et scientifique de l’Espagne

La Vanguardia (Barcelone)
·2 min de lecture

Le gouvernement espagnol, dans son projet de budget 2021, institue à nouveau le titre de “co-capitale culturelle et scientifique” pour la deuxième ville du pays. L’occasion pour la capitale catalane de trouver un nouvel élan, et un nouvel équilibre avec Madrid.

C’est un symbole, mais le titre n’est pas purement honorifique puisqu’il s’accompagne d’une enveloppe de 20 millions d’euros d’investissement. Début novembre, le gouvernement socialiste espagnol a présenté les “Budgets généraux de l’État”, équivalent fonctionnel de notre projet de loi de finances. Onze ans après avoir perdu cette dotation, Barcelone redevient “co-capitale culturelle et scientifique de l’Espagne”. La Vanguardia analyse cette décision et ses impacts sur la politique culturelle, étant donné que ces nouveaux fonds serviront “à financer des institutions et à créer des activités dans le domaine culturel et scientifique, activités qui dépasseront le cadre municipal et bénéficieront au reste du pays”.

Sans être une somme colossale – une goutte d’eau à côté des centaines de milliards du budget du royaume –, l’enveloppe représente une bouffée d’oxygène dans une ville extrêmement touristique qui subit de plein fouet la crise sanitaire et économique. Et les idées de destinataires de cet argent fusaient déjà avant l’annonce officielle, précise le journal catalan : “L’actuel adjoint à la culture, Joan Subirats, prévoit de consacrer cette enveloppe à des institutions culturelles comme le musée Picasso, la fondation Miró, le musée d’art contemporain de Barcelone [MACBA] ou le Festival grec [important festival des arts de la scène, qui a lieu chaque été], même si rien n’est encore décidé.”

À lire aussi: Voyage. Visiter Barcelone sans quitter son canapé

Rééquilibrage

Surtout, ce symbole est un enjeu d’attractivité pour la deuxième municipalité du pays. Si elle montrait, avant la pandémie, qu’elle suscite fortement l’

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :