L'affaire Morandini tourne au règlement de comptes avec Marc-Olivier Fogiel

Taimaz SZIRNIKS, Séverine ROUBY
1 / 2
Jean-Marc Morandini montre une photo de Marc-Oliver Fogiel, à Paris le 19 juillet 2016

Le torchon brûle entre deux animateurs vedettes du PAF: Jean-Marc Morandini, accusé d'avoir organisé des castings dénudés, a contre-attaqué mardi en annonçant une plainte contre Marc-Olivier Fogiel, qui va le poursuivre à son tour pour "dénonciation calomnieuse".

Jean-Marc Morandini, l'un des piliers d'Europe 1 également animateur sur NRJ12, est dans la tourmente depuis la publication la semaine dernière d'une enquête des Inrocks où de jeunes comédiens racontent les conditions d'un casting pour une web-série osée, produite par l'animateur.

Ils affirment qu'une certaine "Catherine", se présentant comme responsable du casting, leur a d'abord demandé avec insistance par courriel d'envoyer des vidéos d'eux nus, y compris des scènes de masturbation.

Plusieurs de ces comédiens ont décidé de saisir la justice et prévoient de déposer une plainte contre Jean-Marc Morandini et sa société de production dans "le milieu de la semaine prochaine, pour harcèlement sexuel et travail dissimulé auprès du procureur de Paris", a indiqué à l'AFP l'avocat de trois d'entre eux, Thierry Vallat.

Deux autres comédiens sont représentés par un autre avocat, Laurent Cailloux-Meurice, qui prépare une plainte au pénal et aux Prud'hommes.

Pour l'animateur, qui a dû interrompre ses vacances à la demande d'Europe 1, ces accusations sont "parfaitement mensongères et diffamatoires" et le fruit d'une "manipulation". Il a pris la parole publiquement mardi pour la première fois depuis le début de cette affaire. Une intervention aux allures de grand déballage.

"Je suis victime depuis deux mois d'un chantage d'une personnalité connue de la télé. Pour faire simple: j?arrêtais de parler de ses mauvaises audiences ou il faisait sortir dans la presse des saloperies sur moi", a-t-il affirmé.

"Ce monsieur qui nous fait constamment de grandes leçons de morale s?appelle Marc-Olivier Fogiel. Ce sont ses menaces qui ont été constatées par huissier et c?est lui qui a reçu la mise en demeure, et c?est contre lui que je vais porter plainte au pénal", a poursuivi Jean-Marc Morandini.

Il souhaite aussi porter plainte contre Matthieu Delormeau (chroniqueur sur D8), son ami Chris Bieber (un acteur porno), le magazine Les Inrocks et Fanny Marlier, la journaliste auteure de l'enquête. Matthieu Delormeau a annoncé sur Twitter qu'il allait "attaquer en justice".

- "Écran de fumée" -

Marc-Olivier Fogiel a immédiatement annoncé à l'AFP son intention de déposer plainte pour "dénonciation calomnieuse" et "diffamation"."C'est une tentative de diversion classique et pathétique, un écran de fumée minable", a réagi le journaliste de RTL, qui anime aussi une émission sur France 3.

"La théorie du complot est un vieux classique. Ces méthodes-là comme la menace ne sont pas mon univers. Cette diversion est juste pathétique et même écoeurante. Les accusations portées contre lui (Morandini) sont très graves. Qu'il consacre plutôt son énergie à y répondre!" a-t-il ajouté.

"Je n'ai jamais forcé quiconque à avoir une relation sexuelle avec moi", s'est défendu Jean-Marc Morandini, "les acteurs savaient ce qu?ils venaient tourner".

Il reconnaît toutefois des "maladresses": "Je suis en train de m?en occuper, mais franchement tout cela est monté en épingle de façon pitoyable pour faire du sensationnel", a-t-il estimé.

Une journaliste des Inrocks a affirmé sur Twitter s'être vue refuser l'accès à la conférence de presse au motif que M. Morandini ne voulait "aucun journaliste de votre titre".

Mercredi, Les Inrocks publient un nouveau témoignage anonyme, qui n'a rien à voir avec la web-série. Il est présenté comme celui d'un jeune homme à qui Jean-Marc Morandini aurait fait des propositions par messagerie privée, alors qu'il était mineur en 2012. Le jeune n'aurait pas donné suite.

"Je n'ai jamais couché avec un mineur", a déclaré M. Morandini. "Mon honneur est aujourd?hui sali, mais sachez une chose, je me battrai pour qu'il soit restauré et il le sera par la justice", a-t-il lancé.

Remerciant ses "patrons", en particulier Europe 1, il a affirmé qu'ils n?avaient "pas cédé aux pressions de ceux qui veulent (le) faire taire".

Une source proche d'Europe 1, radio sur laquelle l'animateur présente la tranche 09H00-12H00 tous les jours, a toutefois estimé qu'il semblait "difficile que l'animateur soit à l'antenne à la rentrée".

Le groupe Canal+, où l'animateur devrait animer une émission quotidienne sur CNews (le nouveau nom d'iTÉLÉ) en septembre, s'est refusé à tout commentaire.