Castex revoit son agenda social en décalant retraites et assurance-chômage

·2 min de lecture

Recevant vendredi les partenaires sociaux à Matignon, Jean Castex a donné satisfaction aux syndicats en revoyant vendredi son agenda social, qui voit les réformes des retraites et de l'assurance-chômage décalées. 

Jean Castex a donné satisfaction aux syndicats en revoyant vendredi son agenda social, qui voit les réformes des retraites et de l'assurance-chômage décalées afin de mettre l'accent sur "la priorité des priorités": "l'emploi". "Beaucoup de sujets sont sur la table et je suis heureux de la qualité du dialogue que nous avons établi ce matin avec les partenaires sociaux", s'est félicité le Premier ministre à l'issue de trois heures de réunion multilatérale à Matignon.

"Tout cela ne préjuge pas d'un accord global. Il y aura, on le sait, des divergences (...) mais il faut d'abord savoir nous parler, nous respecter et fixer des voies et des chemins pour l'avenir", a encore plaidé Jean Castex.

"Pragmatique", le Premier ministre a offert des gages aux partenaires sociaux en annonçant que la date d'entrée en vigueur de la réforme controversée de l'assurance chômage serait "décalée" en raison de la crise sanitaire et économique. La réforme, dont un premier volet était entré en vigueur en novembre dernier et un second était attendu au 1er septembre, est repoussée dans son intégralité à début 2021, selon les participants à la réunion.

Il promet "une nouvelle méthode" quant à la réforme des retraites

Quant à la réforme des retraites, suspendue sine die par la crise, Jean Castex a promis "une nouvelle méthode" en distinguant le "caractère structurel" de la réforme "qui vise à plus de justice" et son volet financier", et "en reprenant la concertation dans les mois à venir", a indiqué le Premier ministre. Mais le chef du gouvernement a aussi affirmé que ces deux dossiers seraient menés à leur terme.

Une fois ces préalables levés, "nous sommes convenus ensemble que la priorité des priorités, désormais, c'est la lutte contre la crise,(...)


Lire la suite sur Paris Match